Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Création à la manière de Michel Brosseau lorsqu'il écrit ses "injonctions" sur son site poétique "à chat perché". s'enivrer du parfum du souffle printanier écouter le silence, ressentir son vacarme au plus profond de soi veiller à ne pas marcher sur un...

Laissez-moi vous rappeler les règles du cadavre exquis poétique : prenez le recueil, ouvrez le au hasard et écrivez sur une feuille le premier mot qui attire votre oeil, recommencez encore et encore jusqu'à arriver à une phrase qui ait quelque sens......

J'y suis. L'envie m'aguiche de quelques centaines de pas. Un coup de rasoir, et je file des danses nocturnes. Le rideau semble me désirer. Viens. La jambe qui frétille, Uniquement sous le menton des hommes au coin du bar. Le chapeau monotone, j'accours...

"Le démon du luxe le mordit au cœur, la fièvre du gain le prit, la soif de l'or lui sécha la gorge." [chapitre 1] "Savez-vous comment on fait son chemin ici ? par l'éclat du génie ou par l'adresse de la corruption. Il faut entrer dans cette masse d'hommes...

Enfance ma petite où ton enfance bat Petite au nom de fruits et de marées secrètes Ton chant de péninsule délivre l'océan et roule ses accords au gué de la tendresse Enfance ma petite au feu du lendemain Petite au nom de baie et de pensées farouches Je...

Moi, le cœur au bord des lèvres Toi, de l'autre côté du silence L'insupportable barrière de ce silence me serre le ventre étreint ma poitrine comme un poing de colère. Et la distance vertigineuse entre nos deux mutités obstinées. Dans ma poitrine un gouffre...

Clairière dans la haute futaie - Théodore Rousseau (1863) Lettre au poème injonction (28) Cher petit poème, Il me fallait t'écrire. J'ai lu beaucoup de poèmes parmi la liste mais toi, poème, je t'ai lu et relu parce qu'il y avait chez toi quelque chose...

La grosse Agathe descendit péniblement les marches vermoulues qui craquèrent sous son poids. Tout dans cette maisonnette misérable craquait, des murs suintants au mobilier hétéroclite et vieillot, même les os d'Agathe semblaient s'être imprégnés de l'humidité...

Ci-gît Victorine Taillefer une jeune femme, une amie, une fille. Nous nous souviendrons de ton innocence, de ta noblesse et de ta loyauté. C'est la mémoire d'une femme courageuse, qui a affronté un destin semé d'embuches qui restera à jamais gravé dans...

Montrer. Voila peut-être ce que les comédiens ont voulu faire. Show. Se montrer, jusqu'à se déshabiller. Montrer nos corps, nos vies, nos envies. Le fait de montrer certaines choses, de se livrer perpétuellement aux autres, sans savoir réellement ce que...

Labyrinthes de la Mémoire Clochette pour « Carillon des bus » Trompette pour « Moines et fidèles » Psalmodie pour « Litanies d'une prière » Tapotement pour « Crachin maussade » Grondement pour « Bruit des chars russes » Du receuil Rouge par Michaël G...

de la mémoire insue un poème de rencontre récitant les listes d'un carnet entrevu voix m'arraisonnant d'un catalogue de doutes abouchement d'oubli et pouvoirs ignorés visiteurs inconnus à l'air de souvenance gazouillis de lettres rassemblant le passé...

Fauve est un collectif français, originaire de Paris qui compose depuis 2010. Je les ai découverts il y a peu de temps mais je ne peux plus me passer de leur musique, de leurs textes. J'aime beaucoup la façon dont ils ont mis en forme des textes, pourrait-on...

Dans son roman Le Père Goriot , Honoré de Balzac fait référence à plusieurs oeuvres ; je vais présenter ici une de ces références : Paul et Virginie Cette référence se situe à la page 251 (édition Le Livre de Poche) : " - Eh ! bien,dit-il en se croisant...

Nouvelle aguicheuse au coin du monticule Par une nuit d'hiver herbes folles d'un vol plus imprévisible je raclais la terre Par une pluie d'été des branches de son cœur archipelagé je laisse le sang Je te vois dans les airs vêtu des mes paroles Je pars...

injonctions (2) ne plus demeurer immobile aux mots qui contournent [...] marcher au-dedans sans souci de l’heure un à un caresser les cadenas en silence regarder vaciller tes mots ne plus rien combler de décombres plus souvent t’asseoir près du fleuve...

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>