Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Allons ! La marche, le fardeau le désert, l'ennui et la colère. Puisque mon cœur meurt, Mon âme y voit Et depuis tes chevilles Jusqu'au bout de tes ongles, Quand brillent mes oreilles, Fondent tes cheveux d'ébène sous ce si grand soleil Quand moi sous...

Banal, voire extraordinaire. L'apocalypse de nos souvenirs Extériorise le nuage métaphorique De nos arrière-pensées. Étrange, hein ? Décollage imminent vers la Planète gargantuesque. Des voix, beaucoup de voix, trop de voix... C'est silencieux. La fiole...

C'est une mer de bras et de jambes, sur des pieds. C'est un buisson de fesses et de têtes entremêlées. Ce sont des guerriers, leurs lances se croisent et se rangent. Un vin exquis qui sent l'ammoniaque coule des blessures et des morsures. J'y ai trouvé...

Je cours après ce que je ne peux atteindre. Je poursuis ce qui me fuit. Je ne peux m’empêcher de désirer l’impossible. Voilà la contradiction de mon être, de mon esprit oxymorique. Mais voilà l’essence même de l’être humain : qui enviera toujours ce qu’il...

Là-bas. Aux rives ébranlées, un vaste océan de sérénité. Ici. Un saule mordu par le temps, une vielle balançoire erre. Ailleurs. Un désert, sec et attristé, à la nuit possède une multitude de lueurs colorées. Autre part. Un voyage dans le passé, une dame...

Elle regarde dans son miroir le reflet de cette silhouette, puis de ces cheveux ébouriffés, de ce visage paisible de ces yeux bleus, d'un bleu clair elle décide d'y plonger, repense à sa journée, ses actions, ses bienfaits, ses résolutions, sa famille,...

Une larme de pierre, unique, irrationnelle, Transie, perpétuelle, placide mais mortelle, Grignotante, farouche, tâchée d’ignominie, Gardée près de ma bouche, en l’écho se renie. Brûlant, sanguin ego – veux tu te taire enfin ? Je porterai ton corps aux...

Armagnac Comme un long bris de vent posé non loin du lac Glacée, exténuée, tranquille ; un peu morose S'expatrie par temps calme une ample pluie de roses Pour le pélican bleu, majesté du ressac. Ma gorge se dénoue, voyant l'oiseau des flaques "Récalcitrant...

La nuit, j'imagine queDans un excès dnous nousdans unet puis enfinmais alors que touttu me diraset sans le savoirj'auraismais tout ça nepuisqu'onet qu'apparemment aucun de nous ne sait s'exprimer. Carré noir sur fond blanc, Kasimir Malevitch, 1915.

Les pieds nus, comme le corps de mon âme, je déambule sous un soleil de pluie. Et chaque pas, chaque bouffée, consume un peu plus le temps terni d’une enfance florissante. Oh mille épines languissantes, sur mon squelette se plantent. Je suis néant, mon...

Lui l'aime, mais l'autre lui n'est pas sûr. L'autre lui a peur. Peur? Pourquoi? Il ne devrait pas avoir peur. Lui n'a plus peur mais l'autre lui a peur des gens, de leurs regards et leur méchanceté. Alors l'autre lui fait comme s'il l'aimait elle. Mais...

Peut-on dire que penser penser c'est penser ? Oh, ça y est, je commence à penser. Je suis en dehors de mon corps ? Non, non. C'est seulement une impression. Je pense. Je pense. Un regard. Non mais t'as vu tes yeux ?! D'ailleurs, les miens, ne sont plus...

Sur la route du temps j'évite les mirages, portail des rêves Un couloir d'eau me suit et, là haut un escalier descend vers le vide La lune me regarde et je me confie, Je ne pleure pas, mes sentiments n'aiment pas la pluie Les étoiles éclairent le ciel...

le silence exprime les mots, les mots miment les gestes, les gestes traduisent les bruits, les bruits taisent les discussions, les discussions ouvrent l'esprit, l'esprit raisonne la raison, la raison éclaire l'amour, l'amour illumine la vie, la vie précipite...

La noisette après l'inspiration si je vole je ferme alors les yeux pour ne pas me faire prendre Si je n'arrête pas le canard de ma vie Ma mère pourrait bien me passer les menottes mais Peppa Pig a bien plus d'un tour dans sa poche Je sais que la lumière...

je crois qu'on invente des histoires pour pas se dévoiler je crois qu'on fait semblant pour tout je crois qu'on joue un rôle je crois qu'on s'en fout de la vie et surtout de celle des autres je crois qu'on vit plus rien je crois qu'on cherche un sens...

Par le soleil perlèrent des gouttes, glaïeuls,Qu'assidument j'encrai en sombre poésie.Au fil des plumes, les âmes de courtoisieN'ont jamais tant aimé que mes souffles d'aïeul. Alors j'écrivis, vain oligarche compris,Derrière chaque oreille et chaque atome...

Dis-lui que je n'étais rien comparée à elle, qu'à présent elle est tout pour toi, que je suis ton passé, que tu m'as oubliée, que notre histoire est terminée, que c'est elle que tu aimes, qu'il n'y a qu'elle que tu veux, qu'avec elle t'es heureux, que...

1 2 3 4 5 6 > >>