Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

Une larme de pierre, unique, irrationnelle, Transie, perpétuelle, placide mais mortelle, Grignotante, farouche, tâchée d’ignominie, Gardée près de ma bouche, en l’écho se renie. Brûlant, sanguin ego – veux tu te taire enfin ? Je porterai ton corps aux...

Armagnac Comme un long bris de vent posé non loin du lac Glacée, exténuée, tranquille ; un peu morose S'expatrie par temps calme une ample pluie de roses Pour le pélican bleu, majesté du ressac. Ma gorge se dénoue, voyant l'oiseau des flaques "Récalcitrant...

La nuit, j'imagine queDans un excès dnous nousdans unet puis enfinmais alors que touttu me diraset sans le savoirj'auraismais tout ça nepuisqu'onet qu'apparemment aucun de nous ne sait s'exprimer. Carré noir sur fond blanc, Kasimir Malevitch, 1915.

Les pieds nus, comme le corps de mon âme, je déambule sous un soleil de pluie. Et chaque pas, chaque bouffée, consume un peu plus le temps terni d’une enfance florissante. Oh mille épines languissantes, sur mon squelette se plantent. Je suis néant, mon...

I don't want us to survive, I want us to live I'm darkness, we all are The entire world is the battlefield I know that this world sucks, but it's real There's nothing better than pain to remind you that you are alive Do not fear death for it is only the...

Lui l'aime, mais l'autre lui n'est pas sûr. L'autre lui a peur. Peur? Pourquoi? Il ne devrait pas avoir peur. Lui n'a plus peur mais l'autre lui a peur des gens, de leurs regards et leur méchanceté. Alors l'autre lui fait comme s'il l'aimait elle. Mais...

Et le jour, je me nuisLa nuisance journalièreDes bruits à droite à gauche ou gauche à droite je suis au centrede l'attention Et à la fin de la chaîne. Carré noir sur fond blanc, Kasimir Malevitch, 1915

Liberté perdue dans un moment, capture. Les cheveux inconvenants mélangés avec la perfection d'une coiffure, les yeux fermés comme pour savourer le dernier instant de bonheur avec la conscience du fait que ce sentiment ne se répétera plus. Les jambes...

Hé je suis là ! Me vois tu ? Ou ne vois-tu que toi ? Oui je suis là, devant toi, fais comme toi. Je te regarde, tu m'obsèdes, il n'y a plus que toi. Tu ne regardes rien, le vide, le néant. Pendant que moi j'admire ton regard, ta bouche, ton visage, qui...

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>