Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

a_symétrie — 42 démesures la fin des ombres l’aube la toujours neuve querelle d’oiseaux un jardin s’éveille mais quelle fin à la porte qu’on ouvre ici même parmi les lierres et les ronces sans savoir ni connaître ce qui a lieu. Image personnelle

Une feuille tombe jusque dans l'eau étoilée de vie, l'arbre pleure et compte ses jours les lambeaux d'ombre s'affaissent sous le poids de la lune, le cœur noué par les herbes folles, névrose nocturne elle glisse dans un trou l'écho se fait ici traînée...

mue sans cesse par l’aube muette la voix cassée comme augurale retourne le silence de plomb d’une pierre à l'autre, cette autre chair de mots où se prend un peu de jour encore entre les mains, entre mes mains, ce rien que la lumière entoure, à travers...

Le mot qui te manque, Béatrice Libert Quel mot te manque à la jointure du soir ? Celui où prendre appui ? Où perdre nuit ? […] As-tu prononcé les mots qu’il fallait ? Alors quel est celui qui te manque à la jointure du soir et dont tu ne sais rien ? […]...

Si gammalphabets était... ... une couleur , ce serait l'anthracite. ... une saison , ce serait l'hiver, mais un hiver rigoureux et enneigé, de ceux qui ont le pouvoir de figer le temps dans des tons gris et bleutés. ... un lieu , le fjord de Tracy Arm...

si la clarté vole - fine lumière comme la chape de brume sur le ruisseau mousse - la rocaille nue souplesse enfumée la terre humide voit les denses danses les ballets irréels qui aspirent l'aube humide

Dilatation du poème a_symétire - 16 on ne voit plus rien l'ombre a recouvert ses songes de la rive glissante rien que fleuve une eau noire emportée vacarme obscur sans reflets ni lumière sa nuit seulement source image : http://pixabay.com/static/uplo...

"que la langue soit celle cela qui te brûle — le feu indivis parsemé éclaire la nuit (...)" Jean Yves Fick Que les mots existent, existent, vivent et te fassent vivre. Certains et leurs charges émotionnelles propres te brûlent. Laisse les être, où ils...

Bannière du site de Jean-Yves Fick Si je devais renommer le recueil numérique Gammalphabets de Jean-Yves Fick, je pense que je choisirais Voix du Jour . C'est simple, oui. Mais je pense que ça correspond tellement au principe du recueil de Jean-Yves...

au bout de l’abrupt [...] le haut vol des ombres le bruit sourd des chutes [...] et rien pour entendre la chaleur déserte du vent [...] Vision des mobiles errants — 137 source image : capture d'écran de la bande annonce du film La Promesse d'une vie de...

La forme d'écriture des poèmes de Jean-Yves Fick est très spéciale. En effet, on peut voir la démarche de l'auteur puisqu'il écrit l'intégralité des phrases qu'il a voulu mettre pour confectionner son poème : " (...) porte les nuages - les nuages portent...

a_symétrie – 8 Je préfère ce poème à tous les autres parce que, avec sa vision sombre et pourtant trouée de lumière de la nature, il me rappelle la Bretagne et surtout la Bretagne à l'époque de la Toussaint : les « nuées grises », les « brumes » où scintille...

1 2 3 > >>