Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

16 août Fez Il y à tous les jours de jeunes personnes qui passent tout leur temps dans de gros bacs plein de colorant chimiques, pour le bien des portefeuilles occidentaux. Qui va se soucier d'eux ? Et le comble est qu'ils n'ont même pas assez d'argent...

2 août 2013, Brest. Chypre prend le large et l'Irlande, en bon successeur, prend la présidence de l'Union européenne. Comme tous les dix-huit mois, le vent tourne. 2 août 2014, Brest. Le mois de juillet se termine avec le retour de la pluie, quand reviendras-tu...

Paris, c'est de cet endroit que ma lettre était timbrée, H abile, il me l'avait envoyé avant de s'envoler pour Athènes. I l savait que je souhaitais voyager, toutefois, je n'ai jamais pu quitter le Valloire. L ui, il était parti loin. I l avait tout fait...

Et dessous le sang bouscule, Philippe Longchamp. Et si les couleurs parlaient mieux que les mots... source de l'image 10 août, en car de Tripoli à Kalamata Terres rousses. Brumes sur les lointains. Ici, amandiers, cyprès, f e n oui ls j au n e s, et les...

J'aime ce recueil car l'auteur cite différents pays ce qui fait voyager tout en lisant son oeuvre, comme par exemple en Indonésie (p.54), en Roumanie (p.41), en Australie (p.67) ou même au Cameroun, en Irak et en Somalie (p.69). lien De plus, je l'ai...

Si ce recueil était ... un animal ce serait un écureuil une plante ce serait le cyprès une couleur ce serait le vert un lieu ce serait le manoir de Keroual à Brest une saison ce serait l'automne un climat ce serait le froid un élément ce serait le feu...

• • • Voyages , c'est le titre que je voudrais donner au recueil de P hilippe L ongchamp. Simplement car ce recueil nous fait v oyager, lorsque l'auteur raconte ses fragments d'évasion, ou lorsqu'il cite de nombreux pays tel que Sarajevo, Espagne, Maroc,...

25 Aout, Paris Neuf heures, hier au soir à République, c'est toi. Chaleur de la nuit. La moitié de la ville est dehors, groupes assis n'importe où, rolleurs en tenue de plage, flâneurs avec enfants, pique-niqueurs, nous en haut de Belleville, euphoriques....

source de l'image La poésie de Philippe Longchamp, c'est à la fois l'intime et le public, la douceur et la brutalité, le souvenir et l'oubli, le rejet et l'acceptation. C'est un peu comme si chaque chose sur Terre allait par paires, comme si chaque seconde...

20 juillet, vol Nantes - Barcelonne Me manque. Ça peut pas qu'on imagine. L’océan vu d'en haut, c'est du feu bleu. Loin dessous, bronzage, plages et deux coquillages, c'est tout, m'est tout, me manque. Turbulences, mais le ciel est si clair, en descente...

En lisant le recueil de Philippe Longchamp j'ai remarqué que dans le poème de la page 15, le manoir de Kéroual à Brest était cité, j'ai donc décidé d'asocier à ce poème une photo du manoir : lien

Démêlez le vrai du faux ! Dans la liste ci dessus, certains incipit n'apparaissent pas dans les poèmes (ceux écrits en 2001) du recueil Et dessous le sang bouscule de Philippe Longchamp. source de l'image 1 - Au manoir de Kéroual, à Brest 2 - Plein hiver...

J'aime ce recueil parce que je trouve que le fait de faire sur la page de gauche un poème en italique et sur la page de droite plutôt une sorte d'information d'actualité donne un côté plus interressant et qu'on a envie de lire. Ce que j'aime aussi c'est...

14 mai, Brest J'ai souvent ton image dans la tête ... Je te vois, toi, près des roses rouges du jardin de grand-mère auquelles elle tenait tant. Ton rire résonne dans ma tête comme le rire des enfants dans le parc Wilson. Je me souviens de vous, main...

« Chaque jour, l'une ne peut pour moi aller sans l'autre, l'histoire intime qui n'a d'autre lieu que ce monde et l'histoire collective où chacun est toujours inscrit. » Je voulais illustrer cette phrase que j'ai trouvé au début du recueil Et dessous le...

La poèsie de Philippe Longchamp c'est beaucoup de choses... Des sentiments personnels, mais également des ouvertures sur le monde... source Un journal télévisé et intime à dl a d fois . Des dates et des lieux. Des "Je" et des "Tu". Des sensations. Et...

D'où venons ? D'où revenons après tout ? Jamais voulu être un des gens pressés. Entendez bien, je vous donne mon heure. Suffisait donc que des rues me l'accordent. J'ai déjà perdu ma dernière guerre. -poèmes p.14 et p.16- Source

1 2 3 4 5 > >>