Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

Entretien partagé - Apollinaire : Alcools

PRESENTATION

  • Livre de Guillaume Apollinaire 
  • Recueil de poèmes écrits entre 1898 et 1913 
  • Paru en 1913 
  • Poésie moderne, pas de ponctuation, des vers libres 
  • Thèmes principaux : la ville, la modernité, le voyage -> modernes 
  • Autres thèmes plus classiques : la fuite du temps (le Pont Mirabeau), l’amour (perdu) 
  • Apollinaire nous montre à quoi le recueil va ressembler avec le poème Zone, placé en premier, qu’il a écrit en dernier. 
  • Recueil est parfois divisé en parties (“Rhénanes”) 

Je trouve beaucoup d’intérêt à ce recueil de par sa liberté, sa beauté de rythme, de rimes aussi. Le fait qu’Apollinaire ait supprimé (presque, à une ou deux virgules près) toute la ponctuation du recueil, donne plus de souffle aux poèmes : avant la suppression, on avait des pauses avec les virgules, des cassures avec les points. On n’avait qu’une seule lecture possible. Après la suppression, de nouveaux sens se créent, on peut comprendre deux choses pour une même formulation. En enlevant quelque chose, Apollinaire a réussi à enrichir son œuvre. J’aime aussi le fait qu’il y ait des passages plus classiques, avec rimes et isométrie. On a donc encore plus de diversité, de liberté, puisqu’Apollinaire, contrairement à d'autres auteurs modernes, ne lâche pas complètement les formes plus classiques. 

Entretien partagé - Apollinaire : Alcools

QUESTIONS - RÉPONSES

 

Qu’a provoqué chez vous la lecture de cette œuvre ? 

Cette œuvre m’a ému et impressionné. Emu car j’aime beaucoup la poésie et dans la poésie la musicalité. Apollinaire est en effet un poète qui aime voir au-delà des mots : ce n’est pas simplement la représentation que l’on se fait du poème, l’image que l’on se construit au fur et à mesure de la lecture mais plutôt l’étrange sensation en le lisant tout haut de ressentir les émotions complexes de l’auteur sans même forcément comprendre le poème dans son intégralité. J’aime cette part d’incertitude, d’hésitation dans l’interprétation qui permet à chacun de voir ce qui lui parle le plus. On retrouve cette même poésie suggestive chez les poètes Symbolistes (Rimbaud, Baudelaire...) 

Quel thème de l’œuvre vous a le plus intéressé(e) ? Pourquoi ?

 Le thème qui m’a le plus intéressé est sûrement celui de la ville. En effet, Apollinaire le développe beaucoup et c’est un élément important de sa vision du modernisme. Il rend beaux les sons stridents, les usines, le nouveau côté industriel des villes, les nouveautés comme le tramway, les avions. C’est un thème récurrent et pleinement ancré dans l’esprit d’Apollinaire. 

En quoi la construction de l’œuvre vous semble-t-elle intéressante ?

 La construction de l’œuvre est intéressante car elle est justement déconstruite. À part la sous-partie “Rhénanes”, les poèmes sont de thèmes et de structures différents, et se suivent un peu sans cohérences. Cela est très moderne et ressemble fort au cubisme. 

Entretien partagé - Apollinaire : Alcools

Lequel de vos écrits d’appropriation avez-vous préféré ? Pourquoi ?

Mon écrit d’appropriation préféré est l’article. Il a été plus complexe à faire, plus long, et le rendu est je trouve ressemblant avec un vrai. J’ai pris du plaisir à aller chercher des exemples de vieux journaux, et cela m’a aussi fait découvrir les formes de l’époque, comme le fait que les journaux étaient beaucoup plus romancés. 

En quoi ces activités d’appropriation vous ont-elles permis de mieux percevoir les enjeux de l’œuvre ? / de mieux comprendre le personnage ? / de mieux comprendre les intentions de l’auteur ? / de mieux percevoir l’actualité de l’œuvre ? …

Mon nuage de mots sur Le brasier m’a permis d’étudier un peu plus le poème, et on comprend tous les sens, toutes les métaphores donc il n’en devient que plus intéressant. C’est un poème qui regroupe plusieurs thèmes : la mort, la vie, la renaissance, mais aussi au fond l’amour. Mon article de journal m’a appris grâce aux recherches que finalement Alcools n’avait pas eu de grands retours médiatiques, on en avait très peu parlé à l’époque.

Pensez-vous que l’œuvre aurait pu être écrite à une autre époque / à notre époque ?

Nous vivons tous avec à nos côtés un passé et un futur. Apollinaire montre son monde, son univers, son époque (le présent) en l’accordant avec une certaine tradition (le passé) mais en ajoutant cette touche de modernité dont le monde a besoin pour avancer (le futur). Apollinaire n’est ni progressiste, ni conservateur, il est un peu des deux. Pour l’écrire à notre époque, il aurait fallu changer les éléments modernes (aviation en découverte de l’espace...)

Pourriez-vous imaginer un autre titre pour cette œuvre ?

Apollinaire a déjà changé le titre de ce recueil : le premier était “Eau de vie”. Il a décidé de changer en “Alcools” avec un “s” peut-être pour élargir la signification. Je trouve le titre très bon, cela peut signifier beaucoup de choses : l’ivresse, la tentation, l’entrain, mais aussi la tristesse. Ce sont tous des effets de l’alcool, et on peut les retrouver dans les poèmes. 

Que vous a apporté l’étude de cette œuvre par rapport à votre première lecture ? 

L’œuvre n’est pas difficile en soi, mais au cours des premiers poèmes que j’ai lus, je n’accrochais pas véritablement. Je pense qu’il faut lire ce recueil sans trop réfléchir au sens de chaque mot. Finalement, j’ai eu l’impression de me retrouver dans la poésie d’Apollinaire car j’aime chercher la nouveauté à chaque instant, dans chaque chose que je fais, mais toujours en m’attachant à une certaine tradition. Je préfère en effet altérer ce qui existe déjà, comme fait Apollinaire. Il est difficile de s’abandonner complètement aux sensations musicales car ce ne sont pas des arguments en tant que tel. Grâce à l’étude de cette œuvre, je suis parvenu à expliquer, à dire pourquoi on ressent tel ou tel sentiment grâce à la musicalité : “Sous le Pont Mirabeau coule la Seine”, allitération en “L” liquide... 

Entretien partagé - Apollinaire : Alcools
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article