Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Arthur

 

Quand ma muse s'enfuit , plus rien je n'écris, le temps semble vide, la vie triste et mausade nous raconte les mêmes journées sans envie. Le temps prend le temps de nous faire souffrir, sous les coups des souvenirs. Le désir ardent brûle tant l'impatience est grande. Le corps se balance, tant d'impatience, la tige de fer vient caresser la peau faible. La plaie s'ouvre sur un coeur en pleurs. Le gris ciel couvre le défunt.

Quand ma muse sourit ,l'espoir me guide vers un paradis promis, vers une vie sans guide.

L'amour me rajeunit, me rendant euphorique, je puis l'attendre dans le méandre de l'arctique en son coeur. La fleur se voile d'une fine toile de marbre. Le bleu ciel m'accueille enfin.

 

Amour désiré, non avoué, puisse le vent t'emporter vers un futur meilleur, ou te ramener près de mon foyer.

Mon coeur.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Léa 19/12/2012 18:34


Très joli poème ! Quand je l'ai lu je l'ai trouvé fort, comme s'il y avait une certaine violence ou volonté puissante derrière des mots plus tendres, plus doux. Ce poème est chargé d sentiments
mais j'y ai surtout vu des images interessantes... Enfin, ce n'est que ma vision  (: