Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

i-voix aux mains d'argent 2016-2017 - Florilège 1

Effraction, immersion, contraction, dilatation, substitution : tout au long de l'année, les lycéens d'i-voix ont aimé couper-coller-insérer-remplacer... dans des oeuvres variées.

 

A la manière des cut-up de William Burroughs, des cadavres exquis surréalistes, des centons oulipiens, des MashUp vidéos, ils explorent ainsi, à l'ère du numérique, une façon originale de s'approprier des textes littéraires et d'en créer de nouveaux. Cette activité, ludique et pédagogique, permet de comprendre de l'intérieur l'univers d'un auteur, de faire résonner en soi ses mots, de partager les sensibilités et les imaginaires, de travailler la langue, de faire jaillir de soi des éclats de poésie. Alors peut-être la littérature retrouve son pouvoir de vibration et de façonnement.

 

Saurez-vous reconnaître les oeuvres qu'ils ont ainsi goulûment dépecées, chirurgicalement charcutées, poétiquement électrocutées ?...

Tim Burton - Edward aux mains d'argent

Image originelle : Tim Burton - Edward aux mains d'argent

i-voix aux mains d'argent 2016-2017 - Florilège 1

Croyant connaître le monde, le soleil bleu, le dragon et le pommier brûlent ta langue et j'arpente ta bouche, le brun de toi me séduit tant. Je n'ai pas le goût de la pluie, le thé a refroidi mais il y a d'autres jours d'autres lumières à aller voir ailleurs.

Ça parle de mon avenir.

 

(Lara)

Enfant de l'ancêtre bulle 

Il découvre les couleurs 

D'un arc-en-ciel chimique 

Au sol. Le jour.- Anéanti.

Encore dans la soif 

Les cris.

Mot à mot.

En finir

 

(Zoimrathy)

 

Ce visage qui semble
Evidé de son âme

Que reste-t-il d'un homme
[qui] n'a pas de paupières

Ce coeur qui bat des cils
que son âme verdoie

Qu'espérer d'autre enfin
Descende jusqu'à lui

Du voyageur parti 
La source de sa nuit

 

(Emma)

i-voix aux mains d'argent 2016-2017 - Florilège 1

 

Et partout où le sentiment d'être en l'air et léger c'est en ôter le fauteuil on se bornera à sa porte […] ouverte et à [...] avoir devant ses yeux leurs rêves

Pour chaque petit groupe de trois ou quatre mots écrits une jeune femme de 24 ans […] débarque comme [...] le Diable une main qui tient la hache

 

(Zoé)

 

 

« l’enfance » « l’adolescence » « l’âge adulte »

songes oniriques, détruits, songe d’agonie

 

                blanche, grise, noire

 

 

 

 

 

sale, lavé, rincé

 

jusqu’à la disparition 

                                                  augmente - stagne - diminue

                                                  l’être-l’objet

 

 

                                                  au péril

 

 

d’eau simple :

 

l'air la terre le feu l'eau                   le savon

 

cette pierre 

 

 

 

contre la peau

au bord du mutisme

 

i-voix aux mains d'argent 2016-2017 - Florilège 1

 

Depuis, ma vie se désordre. Mon coeur se confusion. D'un trou comme ça. Je ailes Adèle jusqu'à la gare de l'Est, elle se triste chez elle, un tour du monde d'ici. Bien trop dilaté. Elle me paradis, je l'ange, mais elle s'enfer. A quelques ciels.

 

(Audrey)

 

Cut-up éruptif

des démons et des dieux

j'empourpre les cœurs

des veines d'écriture

je roule mon corps laiteux

au fond des marais de la Voie lactée  

 

(Axelle)

i-voix aux mains d'argent 2016-2017 - Florilège 1

 

On rame, mais le P.C. du hâtelet étripe dans

          la chamoisine maladroitement, rasé par le traîne-savates lupique.

L'airedale-terrier étripe de glycoprotéine puriste, et comme on chagrine

          les continua sur les cartes-vues géophages, Sengle et 

les trois azurent tout le corregidor nivelé d'un flûtiau, épatant 

                         de douze centralistes, d'abord londonien, puis

virginal obsessionnel. Sengle s'en aplombe à ce que

          l'apraxique des ghettos hoche dubitativement 

                         sa sensualité qui s'extrapole.

Moulin où se forment

Dans un monde

mots et fourmis,

(ou ce qui semble l'être)

tournent comme des confettis

Momie de mots qu'on croyait démis

de moisissure et de cages enrouillées, 

 qui, mollement, reviennent à la vie.

Commenter cet article