Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Marie-Alice

Voltaire / Rousseau 2 - Jardins d'Eden

 

 

EXTRAITS D'UN DIALOGUE THEATRAL
ENTRE VOLTAIRE ET ROUSSEAU
A LA MANIERE DE JEAN-FRANCOIS PREVAND

 

 

 

VOLTAIRE : (Sur un ton ironique) En quel honneur êtes-vous venu me rendre visite?                                                      

ROUSSEAU: Pour vous rendre hommage, Monsieur.

VOLTAIRE : Je vous en remercie! Qu'avez- fait aujourd'hui ?

ROUSSEAU :  Des promenades solitaires. Rien d'extraordinaire. Mais quel bonheur toutefois !

VOLTAIRE : (avec un sourire hypocrite et moqueur)Tiens donc ! Que c'est amusant !                           

 

(...)

 

VOLTAIRE : C'est vrai que vivre dans la nudité et l'ignorance et l'inconfort, c'est très ambitieux. Je laisse cela aux animaux.

ROUSSEAU : Non ce n'est point cela, dont je suis venu vous faire part.

VOLTAIRE : Je m'en doute. Quel idiot aurait voulu dormir dehors s'il avait eu le choix entre un lit et un sol bien dur.

ROUSSEAU : Je suis d'accord avec vous. Cependant les somptueux palais nous font oublier la simplicité de la vie. La nature est une source continuelle d'apaisement.

VOLTAIRE : Qu'est-ce qui vous fait penser cette étrange idée?

ROUSSEAU : Tout d'abord, je suis maître de moi-même. Cet état libère mes plus profonds sentiments et engendre mon épanouissement. Seul ce luxe suffit à me combler de bonheur.

VOLTAIRE :  Comment pouvez-vous aimez cette vie solitaire?

ROUSSEAU : Je ne vis pas seul. Je vis avec mon chien, ma chatte et mon domestique. Ce sont également mes amis.

VOLTAIRE : J'aime le partage. Si on ne possède rien, on ne partage rien. J'aime les besoins et plaisirs nouveaux. Rien de tels que les échanges entre différents pays.

 

(...)

 

ROUSSEAU : J'aurais bien voulu mener cette vie poétique durant toute mon existence. J'ai trouvé mon jardin d'Eden.

VOLTAIRE : Le paradis terrestre est où je suis.

ROUSSEAU: Je vous salue, avec ma plus tendre estime, mon cher chef, et m'en vais brouter l'herbe.

                           

Voltaire / Rousseau 2 - Jardins d'Eden
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article