Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Damien

Las de sa journée, Magnus, Adam, Franz-Georg... qu'importe, se couche.

Adam ouvre les yeux, il se retrouve dans les ruines d'Hambourg. Il marche pendants quelques minutes et tombe sur son ourson Magnus adossé contre un mur en ruine. Il sourit et s'avance vers lui. La peluche était là, le regard perplexe, elle semblait l'attendre pour lui raconter.

 

-"Bonjour Augustin".

 

Adam, se retourne. Regarde Magnus. Ne comprend pas. Il continue d'avancer et s'assoit à coter de lui. Le brouillard se lève,  tout est flou pour Adam. Tant de question se bouscule dans sa tête. Mais une seule en ressort...

 

Adam toujours surpris de voir son compagnon préféré.

 

-"Magnus ? Est-ce bien toi ?"

 

-"Je te renvoie la question mon chère Adam. Il est temps pour toi de te rappeler qui es-tu réellement. Il faut que tu saches! Je vais donc te le conté."

 

Les souvenirs se mirent à affluer dans la tête d'Adam, la grange... Il commençait à avoir mal au crane et pourtant il devait se souvenir. C'était son unique chance.

 

-"Souvient toi Adam!  Tu as eu une enfance des plus heureuses, et j’en suis le principal témoin. Tes parents et ta sœur te choyaient. Personne n’aurait pu rêver d’une famille plus aimante. Hélas, du fait de l’Histoire et de ses injustices, tout s’écroula. Tu fus recueilli dans un foyer pour rescapés où tu restas plus de cinq mois. Je me souviens que tu avais horreur de tous ces gens qui te questionnaient et te forçaient à faire des activités que tu jugeais complètement inutiles et inintéressantes. Tu ne me quittais jamais dans ces moments-là, tu mordillais mon oreille roussie et cela te rassurait. Une fois ce calvaire terminé, un autre arrivait, mais personne ne pouvait s’en douter, lorsque l’élégante Thea Dunkelthal arriva à l’agence d’adoption. La suite, tu ne la connais que trop bien … »

 

Adam poussa un crie de frayeur. Il était réveillé. Plein de sueur, sa mémoire lui était revenu. Les yeux levés au plafond une seule pensée lui traversa l'esprit.

 

"Merci, Magnus"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article