Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Salomé

Courrier - Lettre d'un Européen à Montaigne
Courrier - Lettre d'un Européen à Montaigne

Cher Montaigne,

 

Après avoir lu vos Essais, je me suis longuement remémoré mon voyage en France Antarctique. Je vis en Europe depuis ma plus tendre enfance mais j'ai tout de même eu la chance de m'y rendre pendant plusieurs mois. Ce fut il y a au moins une décennie, et pourtant, maintenant que je me suis plongé dans vos écrits, les souvenirs me reviennent.

 

Grand nombre d'européens imaginent les colonies et ces territoires inconnus comme des lieux sauvages où habitent des non-civilisés ne sachant pas vivre convenablement. Pourtant, ces peuples vivent en harmonie avec la nature et vous avez réussi à montrer la vérité de cette vie à l’état de nature. Vous avez réussi à prouver qu'ils sont aussi bons, voire plus, que nous Européens. Comme vous l'avez dit : « Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas dans ses coutumes ». Ces populations ne sont pas des barbares, mais notre façon de juger sans connaître l'est. Je suis heureux d'enfin lire un récit où ces « sauvages » sont enfin pris au sérieux. J’espère que cela poussera mes confrères européens à s'y intéresser d'avantage et comprendre la vérité.

 

J'ai beaucoup aimé votre partie sur le cannibalisme, où vous expliquez cette coutume. Vous avez présenté un autre point de vue, une autre vision : la simple réalité. Le cannibalisme n'est pas une pratique barbare. C'est une tradition qu'il faut apprendre à respecter. Comme vous l'avez fait remarquer « Il y a plus de barbarie à manger un homme vivant qu'à le manger mort ». En effet, je pense que goûter à un ennemi qui est déjà sans vie est moins cruel que de torturer et faire subir des supplices à un Homme vivant. Ce sont les européens les plus barbares.

 

De plus, j'ai apprécié votre réflexion sur les mœurs et la culture du nouveau monde. Vous avez montré que ces peuples ont une technique aussi bonne que la nôtre, que contrairement aux idées que se font les européens, ce sont des hommes habiles qui savent utiliser leur savoir et leurs mains au profit des constructions d'habitats (« [leurs lits] sont suspendus au toit comme ceux de nos navires »). Lorsque je suis allé en France Antarctique, j'ai vu ces même choses. J'ai vu à quel point ces hommes, ces femmes, ces enfants sont doués de leurs mains. J'ai aussi pu assister à de nombreux moments de joie et de simplicité lors des fêtes où tous dansent. La femme est aussi très respectée et son travail est reconnu.

 

Ces peuples qualifiés d'ignorants et dépourvus de culture ont en vérité un patrimoine culturel riche. Par exemple, comme vous l'avez écrit, ils ont une intelligence non des moindres. Leurs chansons et leurs poésies sont écrites dans un style anacréontique. Vous avez aussi fait remarqué que leur langue ressemble à la langue grecque, langue des philosophes et des penseurs, grâce à ses sonorités.

 

Monsieur Michel Eyquem, je vous serai éternellement reconnaissant d'avoir prouvé au monde ô combien ces peuples sont au-delà de simples sauvages, ô combien ils sont riches de culture, de valeurs, de savoir-vivre.

 

J'ai retrouvé dans ce chapitre trente-et-un ce que j'ai vu de mes propres yeux mais que je n'avais jamais retrouvé dans quelconque livre européen jusqu'à aujourd'hui.

 

Merci.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article