Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Lara

Page du journal intime de Louise Labé

rédigée le jour de l'écriture de son sonnet 4

Journal de Louise Labé - 4 février 1555

01 h 02

Ma chère page blanche, dévouée et fidèle. Toi seule sais être constante en amour. Lisse, douce, toujours volant à mon secours. Alors que les hommes, Mon Homme ; ah qu'il me fait souffrir ! Il extirpe des larmes de tout mon corps, de toute ma chair. Inlassablement. Alors j'écris, je t'écris, mon âme. Mon papier adoré.

Je n'ai plus le goût de vivre. Mon thé est aussi maussade que mon teint. Je n'ai plus la force de converser. Je n'ouvre plus mon salon aux sommités de Florence. Non. Non cet amour m'épuise.

Il n'y a que les mots qui peuvent me sauver. Je leur tends la main et il la caressent, aussi doucement et légèrement que tu le fais, déesse immaculée. Tu es une page que j'aime, et c'est avec autant d'amour que ce soir que je baptise d'encre tes jumelles. La poésie qui m'anime glisse et roule sur mes joues, elle se faufile jusqu'à mes doigts, jusqu'à toi.

Je Lui ai écrit tant de prières, tant d'amour et de sentiments. Amour cruel, amour poison. Je m'en vois ruinée.

Ces vers tombés sous le soleil couchant m'ont délivrée de son joug. "De rien mon cœur ardent ne s'étonna" Je peux te les confier, seulement à toi, mes phrases réconfortantes et aimantes nées de sa fuite.

Je vois les peintres de Lyon s'épanouir. Tous ces artistes, compositeurs, écrivains, chacun d'eux exhibe son œuvre. Et moi je t'écris, dans l'intimité de ma chambre. Je rêve et je me perds.

Je t'ai confié ceci, la nuit passée. "Quelque penser de mort qui tout termine", mais encore une fois, je ne peux me résoudre à quitter ma fenêtre de l'œil, alors que je l'attends, sous le lierre, aimant comme au premier couchant.

J'ai entendu la rumeur d'un homme savant, portant le nom Da Vinci. On dit qu'il rêve, trop. Qu'il rêve de voler comme les dieux. Alors, je le supplierai de me changer en oiseau. Ma vie ne sera plus que légère et douce, comme la plume, comme ma plume.

 

Le sonnet 4 de Louise Labé (édition Jean de Tournes 1555)

Le sonnet 4 de Louise Labé (édition Jean de Tournes 1555)

Commenter cet article

Lilou 16/03/2017 19:06

Encore un superbe article Lara, bravoo !

Lara 17/03/2017 06:58

Encore merci Lilou ! :D