Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Cécile

ciel d'été harmonies fleuries sur la ruralité
écarlates couchers de soleil se muant en rougeole
monts de couleur fauve, terres de la sauvagerie
nœuds de vipères au dénouement prévisible
oh cantate de flammes aux facettes de sang
enchante l'âme de l'univers en un chant cosmique

 

Sextain 11 avec des mots substitués.

Je crois que c'est une substitution... J'ai peut être substitué trop de mots...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe Aigrain 30/03/2015 22:41

à la réflexion, le troisième frottement n'en est pas un, bien au contraire. Oubliez donc la référence au fait qu'il y en aurait trois.

Philippe Aigrain 30/03/2015 22:23

Non, pas du tout trop de substitutions, ce qui compte me semble-t-il c'est de conserver le rythme et le caractère des différentes parties du poème, avec les deux premiers vers sur un mode descriptif presque neutre, les deux suivants installant une "valeur" puis la déclamation lyrique des deux derniers. C'est tout à fait réussi après vos substitutions.

Si vous me permettez une suggestion pour aller plus loin encore, inévitablement quand on fait ces opérations de substitution (qui sont plus ou moins les mêmes que je fais pour composer les sextains) il y a des choses qui frottent, qui accrochent. Je passe beaucoup de temps à les élimiiner et parfois ce travail paraît infini, une modification en appelant une autre ailleurs. Pour moi, il y a trois endroits où on pourrait encore travailler. Deux sont des formules qui paraissent étranges sans qu'on soit sûr que c'est volontaire : "sur la ruralité" et "se muant en rougeole". Surtout, je ne voudrais pas que vous renonciez à explorer des usages inhabituels des mots, mais il me semble que ça peut se travailler plus loin. N'hésitez pas éventuellement à changer les alternances de terminaisons en passant de ABAB à ABBA pour avoir un champ de solutions plus large.

Enfin, j'écris le plus souvent les sextains en alexandrins (enfin presque) mais vous avez eu tout à fait raison de ne pas vous en préoccuper, la musique des deux derniers vers est très belle par exemple avec 13 et 14 syllabes.

Merci en tout cas d'avoir ainsi plongé dans mon poème.