Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Emma et Garlonn

Le tableau sur lequel nous avons choisi de travailler s'intitule Nymphe et Satyre, Satiro e Ninfa en italien, de l'artiste-peintre Dosso Dossi. C'est une huile sur toile réalisée entre 1510 et 1516 qui mesure 58 cm par 83 cm. Nymphe et Satyre met en scène deux créatures mythologiques emblématiques souvent représentées accompagnées.

Qui est Dosso Dossi ?
Giovanni di Niccolo de Lutero est né en 1489 à Mantoue et mort en 1542 à Ferrare. C'est un peintre italien de la Renaissance qui s'inspire de l'art vénitien. Il a peint de nombreux tableaux représentant des vues urbaines et des portraits de la famille princière mais aussi des décors de théâtre, des cartons de tapisserie ou bien même des tableaux mythologiques. Il est l'auteur de peintures telles que Circé la Magicienne (1518) ou encore Dix scènes de la vie d'Enée  sur le nouvel appartement du château de Ferrare.

Description
Ce tableau met en scène une nymphe et un satyre. L'une est presque nue (elle ne porte qu'un manteau de fourrure) ainsi qu'une couronne de Laurier, des bagues et un pendentif qu'elle tient dans les mains. Le satyre apparaît, lui aussi, à moitié nu, vêtu d'une sorte de sangle fleurie. Ses dents sont pointues ainsi que ses oreilles. Les deux personnages font un contraste entre le premier plan où règne le blanc/rose pale, le beige et le marron et l'arrière plan qui lui est noir. 

Description subjective
Ce tableau est dominé par la peur. La nymphe semble apeurée par le satyre qui paraît menaçant. Elle tient son pendentif, peut-être est-elle en train de prier.

Questionen quoi ce tableau parait-il caractéristique de la Renaissance ?

Ce tableau semble caractéristique de la Renaissance car Dosso Dossi représente deux créatures mythologiques : la redécouverte d'oeuvres antiques étant un des symboles de la l'humanisme de la Renaissance, cette représentation est donc une des caractéristiques de la Renaissance. De plus, la nymphe a le sein découvert, autre symbole des humanistes de la Renaissance : le nu. Le nu met en avant la beauté du corps de la femme.

Dialogue entre Lorenzo et Dosso Dossi

     Dialogue entre Lorenzaccio et Dosso Dossi

 

ACTE ? Scène ?

 

La porte d’un atelier.

 

Entre Lorenzo, seul.

 

 

DOSSO DOSSI

 

Eh ! Mon Eminence, que me vaut le plaisir de vous voir ici sous le pauvre toit de ma demeure ? Je ne vous pensais pas adorateur de peintres méconnus. Bien que mon mignon Tebaldeo se soit fait bien humble serviteur de la sainte religion de la peinture pour vous et…

 

LORENZO

 

Sans doute ; j’ai entendu parler de votre travail par les dires de ce fameux Tebaldeo, très talentueux quoi qu’il en soit. Peut-être avez vous ouï  ce qu’il a fait pour moi …

 

A part

 

 Si vous saviez ...

Je ne puis témoigner ma reconnaissance pour son ouvrage qui m’a permis de nombreuses choses. Enfin. Je m’égare, je ne me suis point présenté devant votre porte afin de chanter des louanges à votre petit protégé et à vous même. Quoi de plus intéressant que la peinture, j’aimerais voir quelques-unes de vos créations.

 

 

DOSSO DOSSI

 

Bien sur Votre Altesse. Je peins énormément, je ne saurais par quel tableau commencer mais je travaille actuellement sur cette toile que je nommerai assurément Satyre e Ninfo.

 

Il montre son tableau.

 

 

LORENZO

 

Cela est beau. Il est évident que je suis moins décu, oui, pourquoi me regardez vous de la sorte ? Tebaldeo est un excellent peintre mais son coeur d’artiste m’a davantage charmé que son corps d’artiste. Vous avez su m’intéresser au premier regard et bien que je n’apprécie pas particulièrement les flatteries, je me devais de vous l’annoncer.

 

 

DOSSO DOSSI

 

Monseigneur, je ne mérite pas tant d'éloges et tant d’honneur que vous me faites. J’ai peint ce tableau dans l’unique intention d’entraîner ma technique des bustes trois quarts qui se font de plus en plus ces temps ci.

 

 

LORENZO

 

Vous m’en direz tant. Plutôt que de vous écouter recenser vos remerciements, je vais vous dévoiler quelques fragments de ma vie intime qui me font d’autant plus aimer le tableau. Il y a une sorte d’identification que je ne saurais expliquer. Tout d’abord ce sont des motifs et des représentations que j’apprécie tout particulièrement de par leur signification.

 

 

DOSSO DOSSI

 

Partagez avec moi ce moment.

 

 

LORENZO

 

Je ne sais par où commencer. Le satyre, créature mythologique qui se plait aux côtés de Dyonisos a su combler mon coeur par ses occupations qui sont semblables aux miennes. J’aime aussi vos légers traits qui ont donné naissance à cette nymphe si mortelle par son regard. Vous m’exposez ici deux opposés auxquels je ne suis point insensible.

 

 

DOSSO DOSSI

 

Voir son Altesse admirative devant l’une de mes œuvres me réjouit au plus au point. J’ai voulu ici représenter deux aspects de ma personnalité tout en m’intéressant à la mythologie. J’aime Florence et ma religion mais il y a tant de choses à explorer de cette antiquité non si lointaine.

 

 

LORENZO

 

Eh bien, cela est réussi. Votre travail mériterait davantage de reconnaissance, j’aimerais l’exposer au Palazzo Pitti. Je vous paierai bien sur, excusez ma précipitation je suis absolument fasciné par ce travail mais surtout par ce qu’il me fait ressentir. J’espère que vous ressentez une grande émotion à sa simple vision. Combien en voulez-vous ? Nous en parlerons plus tard. Venez avec moi au palais. J’aimerais moi aussi vous montrer quelques-uns de mes talents. Faites vous conduire dans ma chambre en fin de journée avec votre tableau.

 

 

DOSSO DOSSI

 

Que dois je comprendre ... ?

 

 

LORENZO

 

Prêt à sortir

 

Ne discutez point ou je viendrai vous faire chercher. A plus tard Dosso.

 

 

Je vais vous dévoiler quelques fragments de ma vie intime qui me font d’autant plus aimer le tableau. Il y a une sorte d’identification que je ne saurais expliquer.

Lorenzo (par Emma et Garlonn)

Cliquez ci-dessus pour écouter le dialogue entre Lorenzo et Dosso Dossi...

Emma et Garlonn devant le tableau de Dosso Dossi au Palazzo Pitti

Emma et Garlonn devant le tableau de Dosso Dossi au Palazzo Pitti

Commenter cet article