Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par Mathis

Sonnet - Béni

À la couleur d'un cil, cherche l'imaginaire
Obscur ou tangible. Et là, un sacristain !
Main dans la main, croulons sous les phrases binaires
Noir. Vert. Que son son raisonne, fils de putain

Croisé de lys, d'aubépine, et peint de satin
Un cortège se moule en linceul de linaires 
Cours à l'aveugle, enfant ! Trouve en mon sang mutin
Quelque'chose un peu comme une flaque où l'on n'erre

Pas. Qui retentit, se multiplie, s'embellit
Et vin. Comme un phare hanté de terce feux
Larmoyant et s'égrènant peureusement. Lis

Dans ses rides allées ma pieuse candeur.
Enfin l'on recouvre, un peu, je crois, l'enfeu
Par des fleurs perdues dont on rêve l'odeur.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article