Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Nina

Le triomphe de l’amour est le portrait d’une très jeune princesse qui n’hésite pas à se travestir. Pour approcher d'Agis, prince déchu de Sparte dont les parents ont été tués par la famille de Léonide, elle revêt un uniforme de soldat trop grand pour elle et se fait appeler Phocion.

C’est sous les traits de Phocion qu’elle se présente dans la maison d’Hermocrate, le vieux philosophe, afin de séduire le jeune Agis.

Phocion charme d’abord Léontine la sœur du philosophe.

Puis, Léonide dit au  philosophe s’être déguisée en homme pour l’approcher et c’est ainsi que Léonide séduit Hermocrate.

Agis et Phocion deviennent amis, puis Phocion dévoile son identité de femme. Ils tombent amoureux et décident de se marier en secret.

Le frère, Hermocrate, et la sœur, Léontine, découvrent qu’ils avaient tous les deux le projet d’épouser  Léonide-Phocion. Agis apprend les agissements de son aimée et son identité.

Phocion retrouve Agis furieux, qui ne comprend pas la situation et qui se demande qui doit épouser qui…

Des gardes surgissent au pied du jardin d’Hermocrate pour ramener le prince Agis. Car c’était là toute l’ambition de Léonide : rendre son trône au prince Agis et être aimée de lui.

 

Dessin de Phocion/Léonide que j'ai réalisé.

Dessin de Phocion/Léonide que j'ai réalisé.

Troquer ces habits de cour et de femme pour un habit de soldat permet à Léonide d’approcher son aimé et de lui faire la cour.

Dépouillée de ses attributs qui la font femme, elle est libre de séduire qui elle veut.

Habillée en homme, elle devient l’ami d’Agis, puis elle le fait tomber amoureux d’elle.

Habillée en homme, elle séduit la sœur du philosophe qui héberge Agis.

Habillée en homme, elle avoue son travestissement au philosophe qui à son tour tombe amour d’elle.

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, plus connu sous le nom de Marivaux, est un dramaturge comique du XVIII siècle.

Marivaux utilisera plusieurs fois le travestissement il en fait même le titre d’une autre de ces pièces « Le prince travesti ou l’illustre aventurier » qui fut créée le  1724 par les Comédiens Italiens dont il fut l’auteur attitré.

Auteur frivole ou superficiel, il est considéré comme un auteur de second plan de son vivant et redécouvert au début du XIX siècle. La légèreté, qu’on lui reprochait, devient le signe de son originalité.

Ces pièces furent jouées au Théâtre des Italiens mais aussi dans la maison de Molière : la comédie française.

Et c’est la comédie française qui nous a présenté cette pièce au Quartz  le mercredi  14 novembre 2018 dans une mise en scène de Denis Podalydès.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article