Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Anaëlle

Lecture - Citation

La citation que j'ai choisie est tirée du film "Le cercle des poètes disparus" :


"On ne lit pas et on n’écrit pas de la poésie parce que ça fait joli. Nous lisons et nous écrivons de la poésie parce que nous faisons partie de l'humanité ; et que cette l'humanité foisonne de passions. La médecine, la loi, le commerce et l’industrie sont de nobles poursuites, et nécessaires pour la survie de l’humanité. Mais la poésie, la beauté et le dépassement de soi, l’amour : c’est en fait tout ce pour quoi nous vivons. Écoutez ce que dit Whitman : « Ô moi ! Ô vie !... Ces questions qui me hantent sans cesse, ces cortèges sans fin d’incrédules, ces citées peuplées de fous. Qui a t-il de bon parmi tout cela ? Ô moi ! Ô vie ! ». Réponse : que tu es ici, que la vie existe, et l’identité. Que le spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime. Que le spectacle continue et que tu peux y apporter ta rime... Quelle sera votre rime ?"


J'ai choisi cette citation parce que sa beauté est sans fin. Elle énonce que malgré les failles et obstacles de notre monde, la vie est belle. Que la seule véritable chose qui importe est la beauté, certes, avoir un métier est une chose importante mais ce n'est pas cela qui nous apporte réellement le bonheur, qui est, je le rappelle, notre raison de vivre. Ce qui nous apporte ce bonheur c'est la beauté du monde qui se trouve dans chaque pierre, chaque fleur, dans chaque chose de la vie, la beauté est partout, et c'est à partir du moment où nous l'avons compris que nous pouvons enfin voir le véritable sens des choses. Dans notre société, les gens ont tendance à croire que si nous n'avons pas un métier qui paye, de bonnes notes à l'école, un mariage et des enfants, nous allons tout droit vers l'échec.

Or, tout comme cette citation, je dénonce ces hypocrites propos, notre société est conçue de telle façon que l'on nous ferme les yeux sur la véritable importance des choses. Dès la maternelle, on nous limite l'esprit, on commence à nous noter et évaluer notre niveau, on nous habitue à notre âge le plus malléable à devoir être le meilleur pour être par la suite récompensé de ce point vert ou de cette image que le professeur nous donnera et dont nous serons si fiers, on persiste à nous élever dans l'idée que notre niveau doit être noté et jugé, nous faisons des hiérarchies entre élèves et catégories sociales, à partir de là, comment un enfant, qui je le rappelle, apprend encore la vie, peut-il se rendre compte par lui même qu'avoir une moins bonne note que ses amis n'est pas une chose qui importe réellement ? Comment peut-il ne pas perdre confiance en lui et se rendre compte qu'il a aussi le droit de se tromper ? Après cela, cet enfant connaissant des difficultés à l'école grandira dans l'idée qu'il est nul, et ses camarades de classe le catégorisera directement dans cette même idée, et comme le dirait Albert Einstein : "Tout le monde est un génie. Mais si on juge un poisson sur sa capacité à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu'il est stupide."  Cette notation est quelque chose qui m'a toujours dérangé, devoir constamment être jugé et noté est une sorte de non-liberté. La liberté, qui est, je le rappelle, notre droit de l'âme à respirer, est remise en question à partir du moment où une personne s'enferme dans cette idée de "Nullité", d'autant plus quand le corps enseignant lui énonce qu'il n'a pas le niveau pour aller dans la filière qu'il veut par exemple. Et justement, cet enfant ou cette personne, ne devrait pas faiblir devant la critique, puisqu'en regardant attentivement, il pourrait s'apercevoir qu'il y aura toujours de la lumière, partout autour de lui, et même s'il gagne le SMIC ou qu'il n'est pas marié, il pourra être heureux, puisque le bonheur est quelque chose qui se crée, il ne dépend de rien, sauf de nous. A travers ces quelques phrases, je voulais démontrer à tout ce qui me liront que seul le bonheur et la beauté que nous attribuons à la vie compte, tout le reste n'est qu'illusoire.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article