Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Camille

Cinéma - Seul au monde
Cinéma - Seul au monde

Tout au long de ma lecture, j’ai trouvé que ce roman avait de nombreux points en commun avec le film Seul au monde réalisé par Robert Zemeckis, un grand scénariste américain.
 

Dans ce film, Tom Hanks joue le rôle de Chuck Noland, le seul survivant d’un crash aérien lors d’une tempête le soir de Noël. Il se retrouve seul sur une île déserte de Monuriki dans l’océan Pacifique. Pour seul compagnie, il se lie d’amitié avec un ballon de volley qu’il avait trouvé parmi les colis échoués dans la mer. Des colis qui pour sa survie lui seront bien utiles. Pour moi ce film a été un complément du livre Sa majesté des mouches, il m’a permis de comprendre jusqu’où l’homme est capable d’aller pour sa survie. Je dirais sans limite. L’humain peut essayer d’éviter certaines situations mais à un moment ce sera forcément inévitable.

Chasser pour se nourrir est nécessaire. On peut se nourrir de noix de coco ou d’autres fruits, un humain ne pourrait pas survivre avec cela, la chasse est donc le seul moyen pour survivre sur une île.
 

Ces deux œuvres m’ont montrée les horreurs que peut voir ou parfois faire l’humain quand il se retrouve sans lois. Par exemple, le livre de William Golding nous montre l’atrocité des enfants qui s’installe à partir de la mort de Simon, ils se peinturlurent, ils crient des chants de chasse « A mort la bête ! Qu’on l’égorge ! Qu’on la saigne ! » : toute une tribu dansait. Presque tous deviennent sauvages, capables de s’entre-tuer. Par ailleurs, dans le film, Chuck retrouve le corps du commandant de bord momifié dans la mer le lendemain du crash, situation atroce pour un humain.
 

La volonté de vouloir partir est sans cesse présente. Dans le roman, les moyens utilisés pour être secourus un jour ou l’autre, le feu est primordial pour Ralph, le chef, il lance des appels avec une conque pour se rassembler et donner les ordres. Pour lui, c’est un grand feu qui permettra qu’on les remarque et qu’on les sauve. Dans le film, Chuck fait un feu lui aussi, mais cela ne le permet pas d’être sauvé, pas un seul bateau n’est paru durant ces quatre années. Il a dû se construire une barque et se lança dans la mer. « Je préfère tenter ma chance sur l’océan que de rester ici et de crever » disait-il.


J’ai remarqué l’absurdité des personnages au long de leur aventure sauvage. Dans Sa majesté des mouches, les enfants deviennent violents entre eux. Par ailleurs, dans le film, l’unique personnage parle pendant 4 ans à un ballon.

 

Ce comportement prouve qu’il est essentiel à l’humain de créer des liens et de communiquer.

 

Je conseillerai vraiment de voir ce film car il est réaliste, il représente tout ce qu’on peut ressentir seul sur une île. Ce film permet de visualiser les sentiments des personnages au fur et à mesure de la lecture.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article