Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Jenovefa

Correspondance - Jacques Ancet

 Oui, c'est moi, c'est bien moi qui déchire le jour mais aussi parfois la nuit. Je suis ta mémoire qui te hante chaque jour, chaque nuit, toujours un peu plus. Je sais, je te fais souffrir car tu cherches sans cesse à t'accrocher à moi. Tu as besoin de me voir marcher, aller à ta rencontre, et sans cesse tu mets tes pas dans mes pas et alors là, seulement, tu te sens enfin bien. Mais ta douleur persiste et revient encore à la charge sauvagement, alors tu espères pouvoir tout laisser, tu y crois même. Mais l'évidence est là et tu me tends la main au lieu de te perdre dans tes gestes. Après tout, tu le sais que mon image silencieuse ne disparaîtra jamais, qu'une porte soit refermée ou non, mais tu gardes cette peur de ne plus me voir. Je suis présente en toi pour toi, gravée douloureusement et à jamais. Tu te dois de voir la vie car tu connais cette insoutenable vérité qu'est l'amour et plus précisément ce battement de cils entre nous deux.

 

Cette correspondance est une réponse au poème Mémoire que l'on peut retrouver page 31 de l'anthologie Entre corps et pensée.

image

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lalou 09/04/2016 14:54

Whaou ! C'est magnifique, bravo Jeno !

Kathleen Legros 08/04/2016 18:38

Quelle magnifique lettre Jeno ! Tu m'as émue !