Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Claire

L'ami Pierrot, naïf et fragile,
 mo
nte le seuil des ves
pour accompagner l'oubli
incolore.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MLB 07/06/2009 12:07

Pantomime     Pierrot qui n'a rien d'un Clitandre     Vide un flacon sans plus attendre,     Et, pratique, entame un pâté.     Cassandre, au fond de l'avenue,     Verse une larme méconnue     Sur son neveu déshérité.     Ce faquin d'Arlequin combine     L'enlèvement de Colombine     Et pirouette quatre fois.     Colombine rêve, surprise     De sentir un coeur dans la brise     Et d'entendre en son coeur des voix.

PAUL VERLAINE - Fêtes galantes
-------------------------------------------------------------------------------------------------
Pierrot

Ce n'est plus le rêveur lunaire du vieil airQui riait aux aïeux dans les dessus de porte ;Sa gaîté, comme sa chandelle, hélas! est morte,Et son spectre aujourd'hui nous hante, mince et clair.Et voici que parmi l'effroi d'un long éclairSa pâle blouse a l'air, au vent froid qui l'emporte,D'un linceul, et sa bouche est béante, de sorteQu'il semble hurler sous les morsures du ver.Avec le bruit d'un vol d'oiseaux de nuit qui passe,Ses manches blanches font vaguement par l'espaceDes signes fous auxquels personne ne répond.Ses yeux sont deux grands trous où rampe du phosphoreEt la farine rend plus effroyable encoreSa face exsangue au nez pointu de moribond.
 
PAUL VERLAINE - Jadis et Naguère
 
 

VERLAINE ET RIMBAUD