Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Emma

 

Voici une lettre-confession retrouvée dans les affaires d'Eugène de Rastignac après sa disparition...

 

Chez Dieu,

Je ne vous remercierai jamais assez pour tout ce que vous m'avez offert et accordé durant mon existence.

J'ai essayé d'être bon durant ma vie car il n'a peut-être que ceux qui croient en Dieu qui font le bien en secret. J'ai fait de mon mieux pour être le meilleur possible, mais parfois ma folie des grandeurs, mon ambition prenait le dessus. Je regrette beaucoup de choses dans ma vie, je les aurais faites différemment si je pouvais revivre ces moments. Je vous écris donc pour me confesser, pour vous demander le pardon.

Je voudrais aussi avoir la chance de revoir ma famille avant de mourir afin de demander pardon à ma mère et à ma sœur car je leur ai demandé beaucoup de choses, beaucoup trop. Je n'aurais pas dû leur prendre de l'argent comme cela, en leur faisant croire que j'en avais besoin, alors que cet argent m'a seulement servi à entrer dans un monde auquel je n'appartiens pas : la haute société parisienne. J'aurais peut-être dû me limiter à ma carrière juridique et ne pas m'égarer dans ce monde. J'ai réussi à rester raisonnable, grâce à vous, je le crois.

J'ai aimé Delphine de tout mon cœur mais je sais bien que nous ne venons pas du même monde. Chaque jour qui passe je regrette ce cher Goriot, car Delphine aurait pu lui offrir le bonheur si nous nous étions tous installés dans ce bel appartement. Malheureusement son mari s'en est mêlé. Je vous prie de protéger Delphine de son mari car elle mérite mieux qu'un homme qui la frappe. Si seulement le Père Goriot était encore là, il aurait su la protéger car il aurait tout fait pour ses filles. S'il a fait une erreur dans sa vie, c'est bien le choix de ses gendres. Il pensait bien faire, assurer un avenir dans la haute société à ses filles mais cela leur a rapporté beaucoup de problèmes.

J'aurais aimé avoir votre aide divine pour mon choix entre Mademoiselle Taillefer et Madame de Nucingen. Je ne sais pas si ma vie aurait été plus belle et plus heureuse auprès de Victorine. Peut-être qu'elle aurait été moins compliquée. Je pense beaucoup à ce qu'aurait pu être ma vie et quelquefois, je regrette les décisions que j'ai prises. Peut-être que j'aurais dû écouter les conseils de ce cher Vautrin.

Je vous en prie, protégez Vautrin qui est au bagne. Faites qu'il échappe encore aux condamnations à mort et qu'il se sorte de ses affaires criminelles.

 

Eugène

 

 

Lettre-confession d'Eugène de Rastignac
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article