Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Gwenc'hlan

Le registre le plus clairement présent dans ce pamphlet poétique est le registre polémique, tout d’abord parce que cela correspond au genre du pamphlet. Ainsi, on peut observer des phrases courtes, frappantes et directes, renforcées par une syntaxe expressive, et des figures de style comme l’anaphore, qui appuie le propos de l’auteure. 

 

« J’ai perdu mon l’appétit, j’ai perdu le sommeil, j’ai perdu ma joie de vivre, j’ai perdu ma femme, j’ai perdu mes enfants, j’ai perdu mon boulot, j’ai perdu ma place, j’ai perdu mon logement, j’ai perdu mes clés, j’ai perdu mon portable, j’ai perdu la voix, j’ai perdu mon chemin, j’ai perdu le sens. »

Perrine Le Querrec

Cette citation extraite des pages 9 à 10 est une des plus frappantes car l’anaphore est extraordinairement longue, ce qui rend le lecteur beaucoup plus choqué par la misère de cette situation que si l’anaphore ne consistait qu’en trois ou quatre mots.

Les accumulations rassemblent les mots les plus importants et les plus forts, et concentrent l’attention du lecteur sur ceux-ci. Les mots « Enfermée, battue, violée, agressée, trompée, abandonnée, voilée, lapidée, oubliée, reniée, injuriée, ridiculisée, bâillonnée, effacée, exploitée, utilisée, menacée » horrifient sur la condition des femmes dans le monde, de manière peut-être plus efficace, en tout cas plus directe, que par de longs discours. Nous sommes confrontés à la violence du monde par la violence des mots.

 

Registre  - Perrine Le Querrec

Commenter cet article