Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Anaëlle

Réflexions personnelles - La guerre et l'instinct primitifRéflexions personnelles - La guerre et l'instinct primitif

La guerre, c'est un terme que nous connaissons tous, certains l'attendent, d'autres la redoutent. Mais en soi, combien de personnes ont déjà réfléchi à ce qu'était la guerre et quel était l'enjeu qu'elle engageait ? 


Cicéron qui est un homme d'Etat romain et auteur latin définit la guerre comme étant « une affirmation par la force.» Diderot, lui, énonce que la guerre est « une maladie convulsive et violente du corps politique » et Clausewitz qui est un militaire Allemand ajoute que « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. »


Dans deux de ces points de vues il est question de politique, alors à partir de là, nous pouvons nous demander, si la politique est le berceau de la guerre, est-elle réellement un bien pour notre société ?

Certaines personnes ont tendance à penser que nous avons besoin de la guerre pour ensuite entretenir la paix, moi je suis de ceux qui pensent que la guerre, qui est le produit de la haine, n'engendre que la haine. 


Notre cerveau, qui est un cerveau reptilien, est composé de telle façon qu'il comprend 3 parties : une partie limbique qui est la cause de nos sentiments et nos émotions, une partie se nommant néocortex qui comprend notre intelligence, notre mémoire et notre raisonnement, et il y a enfin la partie reptilienne qui est à la cause de notre instinct primitif, c'est à dire se nourrir, la reproduction de l'espèce, dormir, boire, les pulsions et la colère, autrement dit, notre propre survivance, cette partie est dirigé par l'instinct.


A partir de là, imaginons l'espace d'un instant que la société dans laquelle nous vivons n'ai pas fondé de gouvernement, et donc de politique, il est vrai que l'humanité aurait bien moins de prétexte à se battre, mais en soi, quand on regarde bien, une guerre généralisé débuterait puisque l'Homme est incapable de vivre en tant qu'Homme, c'est à dire que son instinct primitif et animal prendrait toujours le dessus sur lui, et que quand bien même comme l'énonce Clausewitz et Diderot la politique peut donner la guerre, et bien, elle l'évite aussi. Regardons par exemple le livre "Sa majesté des mouches" de William Golding, il démontre parfaitement que l'instinct animal reprend toujours le dessus, ce qui est, soit dit en passant, normal puisque notre cerveau est programmé ainsi. Je pense que le véritable problème n'est pas la politique, mais que c'est la nature humaine, qui elle, est inchangeable. Comme le dirait le philosophe Alain : "Qui veut la guerre est en guerre avec soi" : Nous sommes tous en guerre avec nous, constamment, nous, êtres humains évolués, cherchons toujours à nous perfectionner, nous cultiver, à être quelqu'un que nous ne sommes pas, nous avons tous un jour envie le physique de Miss Monde, la voix d'Edith Piaf ou l'intelligence d'Albert Einstein, on a tous un jour voulu être quelqu'un d'autre, nous avons tous lutté contre nous mêmes pour oublier des événements qui nous ont traumatisés et changés, oui, nous sommes tous en guerre, contre nous, contre le monde.

Par contre, je rétorque d'autant plus ce que dit Diderot sur le fait qu'il énonce que la guerre est une maladie, partant du fait que la nature humaine est faite ainsi, cela signifierait que la nature humaine est malade, Diderot avec ses simples mots remet en question toute la nature de l'Humanité, et c'est selon moi c'est un point de vue bien pessimiste de penser que l'espèce humaine est malade parce qu'elle est telle qu'elle est. Certes, elle n'est pas parfaite, l'Humain est comme tout, pleins de vices et de failles mais c'est aussi ça qui en fait la beauté, puis, d'un autre côté, perfectionner en tous les domaines serait lassant, comment nous surpasser si nous sommes déjà parfait ? Selon moi, les propos de Diderot et Clausewitz ne sont pas complets puisqu'ils omettent que la guerre n'est pas un problème de société, c'est un problème qui vient avant tout de notre nature humaine.

En conclusion, j'opte davantage pour l'hypothèse de Cicéron : la guerre est selon moi une affirmation par la force. Elle est simplement due à notre désir de domination, n'omettons pas que ce sont nous, êtres humains, qui créons la guerre, alors nous auront beau inventé n'importe quel prétexte pour justifier cette soif de haine, le fait est là : la politique n'est qu'un masque qui nous ferme les yeux sur le véritable problème qui est la nature de l'espèce humaine, mais n'oublions jamais que nous auront beau progresser, faire proliférer nos talents, on ne peut pas changer complètement la nature humaine, alors arrêtons d'en faire un problème, nous nous devons de vivre avec celle-ci, l'accepter, tout en essayant de la modifier petit à petit, c'est ainsi que viendra la paix.

Source image 1

Source image 2

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article