Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traduction Satori Express de Zéno Bianu en Norvégien : Konfrontert med intethet feller stor schizofreni dødelig at herje ånden av planeten vie jeg meg utrettelig i hjertet av aikido gratis image

visage à défenestrer les étoiles visage gorge nouée comme un embouteillage d'obus dans l'azur visage reflet de l'Univers visage froid d'hiver comme une pluie de déception dans le ciel de l'espoir visage d'un naufragé du ciel devrais-tu pleurer devrais-tu...

JE à Nanoushka Penaos Lavar Dit N'ouzont Ket Petra C'hoant Am Eus Met Digarez Ac'hanon Kollet On Evel C'hazh 'Barzh Mor je suis l'eau même bouillonnante et limpide l'eau ultime et sans visage l'eau de toutes les eaux je suis un fleuve océan je m'étends...

"Comme lorsque Robinson voit sur le sable L'empreinte qu'a laissée le pied de Vendredi" Malcolm Lowry J'ai beaucoup aimé cette citation de Malcolm Lowry, poète britannique mort en 1957. Elle représente pour moi la solitude, l'inconnu et l'aventure. S...

Le je de l'autre Ces poèmes utilisent souvent et la plupart du temps le pronom tu et je comme s'ils s’adressaient ou cherchaient à faire s'identifier le lecteur, pourtant ils parlent de tout et de rien en passant par des personnages plus ou moins connus,...

Cut-up éruptif des démons et des dieux j'empourpre les cœurs des veines d'écriture je roule mon corps laiteux au fond des marais de la Voie lactée image

Aux battements de ton sangj'abandonnemes souvenirs Le noir troue mon coeur-c'estle seigneur du temps Le silence me prend-insurgéaux solitudes transparentes La nuit glisse-démangéepar le sel de la lumière Légende : Nostalgie Souffrance Solitude Mélancolie...

Tu entres soudain dans ce lieu, au sang de la source Tout est si chaud dans le vent vide de la terre Femme flamme frissonnement Respire enfin ne respire plus, emplis tes poumons Comme s’il pressentait toujours plus avant L’amour de tous les commencements...

Un vide dans la poitrine se fait ressentir entre deux travaux tu le sais tu l'ignores tu regardes ailleurs hors de toi tu combles avec les autres tu le sais tu l'assumes tu les étreins entre deux vides et tu te sens deux fois trop lourd puis tu ne vois...

A la page 47, nous pouvons trouver la métaphore "La vie est un bol de cerises juteuses". Le reste du poème permet de mieux comprendre cette métaphore où l'auteur associe la vie à une cerise. Il veut dire par là que c'est une fois que l'on croque dedans...

Je m’appelle lumière Je suis feu de la Terre Je suis cœur de la vie Si tendre chaleur Papillonne telle une fleur Dans mon cœur meurtri Cette lumière éternelle Quand tout est gris se noie S’ennuage de froid Oh Lumière, mon bonheur Ne cesse pas D’être soleil...

1 2 3 > >>