Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

Et si et puis plus rien de rêves était une valise ? Il y aurait dedans : Une photo du père de Sophia Queiros, un petit parapluie , du thé à la menthe, une jupe à volants rose fuchsia, un métronome qui appartenait à son voisin, une plume noire, une blouse...

Je ne suis pas femme à virer seule et bleue. En vérité les vieux garçons ne manquent pas. Qu'ai-je donc avalé de travers pour être si aimable, Grand Apollon ou Robert le Diable ? Source image

OUTSIDE. DAY I fight for don't lose feather. In the tranquility of the old garden, it's say a stone it's enough for two birds; two misery-birds, two reds-tails who rumple a black paper. To my roost I saw on the red and trembling valley. I saw one more...

EXT. NUIT Au coucher du soleil je sors, livre entre les mains, marchant vers la véranda. S'il n'y avait pas cette femme à robe azur et ce loup à cravate. Il n'aurait suffi que d'une morsure du Serpent pour me rassasier les pattes, et me remettre en marche....

Celui là est venu avec sa maladie. Il s'est installé ici, a décoché quelques pénibles sourires, a modelé les boiseries. Il a construit au fond du couloir un simple secret, qu'il nourrit tendrement. Un secret d'amour qui ne m'appartient pas vraiment. (photo...

EXT. JOUR Une voile face aux roches frêles dérive, le vent et la pluie s’abattent sur elle avec tant de force que nulle résistance n'est possible. Pourtant la voile persiste et subsiste contre le vent malin des mauvais jours. Je lutte en vain mais une...

Si le recueil était une valise elle contiendrait: De la menthe fraîche Un filet Des souliers Un parapluie, du thé et des tartines Un métronome Des figues Une plante Du linge Des fleurs, des tomates, des citrouilles, et des batavias Un cortège de viei...

Je devine un homme assis près des eaux. Il fouille d'une main la terre, une impatiente au pied. Sous le figuier et dans la brise chaude, mes yeux cherchent alentour le coin le plus sombre à regarder. (photo personnelle)

Je regarde les hommes. Lui, ça ne lui fait rien. Un beau gosse, il rit. Je l'observe passer le long du mur du jardin, dans les rayons de soleil. Il reviendra demain, promet-il, m'envoie un baiser. Je le crois. Nous nous aimerons. Je n'ai rien vu venir....

Je vis un jour de plus fatiguée mais debout. Le dos droit je fais face à vous, vous qui jamais ne cessez de vous amuser à me mettre à bout. Je resterai pourtant debout bien que Blessée, car c'est de là que nait ma fierté.

1 2 3 4 > >>