Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

Il fait gris en moi. Il n'y a pas de noir. Raison de noir? Non Il n'y a pas de blanc. Raison de blanc? Oui Mais le blanc n'est pas là, quand même. Les gens passent, autour.Trépassent, des fois. Alors je prends des cailloux, lourds des fois, très lourds...

Mon couteau il m'a dit il cherche ta blessure il te cherche là contre ton mur. Mon couteau il t'a trouvé il m'a dit. Une fois j'ai bougé je l'ai touché fort. Il savait bien quand même son couteau il a bien trouvé ma blessure. Moi contre le mur. Mon coeur,...

" -Ils m'ont dit sois patient alors j'ai dit c'est quoi patient c'est mon nom et ils m'ont dit oui c'est bien c'est ton nom. Pense à rien aussi un il m'a dit et j'ai dit c'est quoi rien il a répondu c'est toi rien tu es rien. "

C'est un rap que auquel j'ai toujours pensé ça dit garde moi et le flow c'est comme l'homme tout blanc toujours évident j'ai toujours pensé mais ça fait rien ça va. Et puis il y a le bruit des enclumes à mes chaussures de temps en temps je manque de voler...

Une tentative hâtive d'un mélange de deux poètes d'un style radicalement différent. A essayer ! Une fois j'étais dans l'eau, dans la cuisine béante. une fois j'y étais plus. alors je me rappelle le ciel cinglé de neige peut être un arbre de nuit. Le souffle...

Les feuilles dans ma bouche mangent les arbres petits. La neige bave et pique noir. Le malin reste, avale un peu et crache. La neige rit noir, boit encore très fort. Les fous chassent le soleil et appellent l'oubli, sauf des fois aussi, tout très fort....

Noir. Pas noir. Noir rien ne bouge. Pas noir des choses. La sale vie coule en moi. Je suis seul je veux il ou elle sans bouger. Je l'arbre-noirceur dans la lumière qui blesse. Source

"Une fois je me souviens j'ai barbouillé ma figure avec je sais plus ça coulait de mon nez. avec ma main je l'ai étalé sur ma figure c'était chaud. ça m'a tenu bien jusqu'à ce que la vieille lumière est revenue me faire mal dans les link yeux. Là je voulais...

Un arbre peur dans je. Elle rêve. Ma peur rêve d'arbre. Voilà. Il riaient avec leurs bouches, c'est de la souffrance, de la peur. Une peur incontrolée, aussi grosse qu'un baobab. La peur te happe doucement. Il faut vite l'écrire sur le papier, et déverser...

Source Michel Thion est né en 1947 à Issy-les-Moulineaux. Il fait des études erratiques puis exerce différents métiers avant de trouver ce qui lui correspond : l'action artistique et culturelle. Il devient alors Animateur, directeur d'un festival de musiques...

"Avec une main je jette un galet en l'air lourd. S'il retombe à côté je mais s'il retombe sur moi je ris très fort comme un fou." Pour moi, ces phrases représentent vraiment bien l'écriture de Michel Thion, dans ce recueil tout du moins, la syntaxe correspond...

Extrait du poème p26 et p27: J'ai cassé ma jambe avec un morceau de fer pour qu'il coure plus derrière moi. C'est le vrai chemin je peux plus moi et lui il court en soufflant et il m'appelle c'est vrai quoi. Je danse. C'est l'homme habillé tout pareil...

Un océan peur dans tu. Je rêve. Ma peur goutte d'océan de rêve. Les vagues de l'océan-peur tombent elle troublent l'air tu cries. Après elle t'écrase tu-j'étouffe ma poitrine saigne mais ta peur non. Je plonge mais l'océan partout. Il me dit tu respires...

.................................................................................................................................................... Noir coule je marche. La lumière blanche mort pas moi. Je danse et il sort de ma bouche. Des fois j'oublie...

P28: "Alors je lui donne des c oups de pied pour qu'il m'écoute." Allitération en "qu" qui nous fait entendre les coups qu'il donne et que lui reçoit. On sent une sorte d'énervement et d'insistance.

Un champ lexical très particulier et présent tout au long de ce recueil: celui de la douleur . En effet dans chacun de ces poème est présente l’idée de la .souffrance avec tour a tour la description de torture divers, de mutilations, et parfois même est...

Si ce recueil était un animal ce serait une mouche Si ce recueil était une couleur ce serait le noir Si ce recueil était une chanson ce serait les mots Si ce recueil était un film ce serait kirikou Si ce recueil était un acteur ce serait will smith Si...

Le champ lexical de la violence revient à plusieurs reprises dans certains poèmes : p13 "brûle", "mourra" p14 "mal", "crie" p15 "mal", "crie", "poison" p18 "jetait", "crier", "tapait", "mordu", "sang" p35 "crie", "saigne", "étouffes"

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>