Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Traduction espagnole du poème français de Lou Raoul extrait du recueil Traverses : "ou bien quand trop tard tardif quand déjà ils se disent qu'ils ne se disent pas adieu ils ne se disent pas qu'ils se disent adieu"

nuit, elle danse, elle et nous dans le noir, puis, lumière au loin nous éclaire, elle et nous dansons, enivrés par la nuit jusque tard le matin, dans la nuit lente danse, rit jusqu'au matin des au-revoir

Nos pas côte à côte à déambuler, à résonner, laisse un silence chaleureux, je parle peu, je marche alors, encore et encore, dans une douceur grise et la vie s’immobilise, je pose des pas dans le ciel tombant, perdu, je reste suspendue ou juste absent,...

des douleurs, des secrets, trop tard ils se disent adieu c'est ensuite dans les boîtes, tu et je qui nous regarde ensemble est brûlant qu'ils ne se disent pas adieu

Cliquez sur le lien pour découvrir le nouveau profil facebook du recueil Traverses écrit par Lou Raoul ! Source image 1 Source image 2 Source image 3 Source image 4 Source image 5 Source image 6 Source image 7

L’aube m’ouvre les yeux, elle se met à brûler ma pupille comme un incendie pendant deux heures, c’est long. Dans l’aube paisible, vêtue de cristaux de rosée, les roses s’ouvrirent tout en dansant gracieusement dans la douce brise du matin, les nuages...

L'aube m'ouvre les yeux Je reviens d'un pays où je ne suis pas A déambuler je me demande de quoi ils vivent les autres Quand je m'arrête Un oiseau peut-être Avec quelque part un homme enfermé Dans la maison des mots Je regarde dans le ciel Quelque chose...

Comptine d'un autre été : l'après midi - Yann Tiersen J'ai choisi d'associer au recueil de poèmes traverses , la chanson Comptine d'un autre été : l'après-midi de Yann Tiersen. La mélodie figure notamment dans le film Le fabuleux destin d'Amélie Poulain...

A la lecture du poème, cette citation m'a immédiatement interpellé. Vraie, bouleversante, troublante, tels sont les mots qui m'ont traversé l'esprit. Je ne pouvais pas mieux décrire ce sentiment que j'éprouve bien trop souvent au quotidien. La sensation...

Musique au volume maximal, je désespoir t'emporte et ces roses ne s'ouvrent plus, le train t'éloigne mais trop fort est ce silence comme le souvenir de ces lèvres brûlantes, amer l'amour est, cause du vide au coeur Source image

j'avance dans la reconnaissance, ce n'est pas si facile, je vois de la lumière, l'aube m'ouvre les yeux fatigués, et la mer que je remplis, je ne sais plus qui elle est, depuis qu'y poussent entre les mots ces fleurs étranges et inconnues, des douleurs,...

<< < 1 2 3