Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie - l. rakotoson

Pages

Archives

Assise dans le parc, la fraîcheur dispersée dans la poitrine, la pointe du jour s'émousse. Tu es là, et ta bouche s'acharne en moi, par l'aplomb d'un geste. Terre promise, avec l'insistance d'un ciel, et sa leçon de pénombre. Une image. Tes mains. Délicates....

Ton corps est moins lourd à porter que nos paroles, un solstice d'été à six heures ----- Le volet palpite sous la brise enrouée de sept heures mais le peu de lumière donne à tes plis un sourire. source

Si je pouvais poser une question à la poétesse du recueil Lysiane Rakotoson, elle serait la suivante : Combien de temps avez-vous mis à écrire ce recueil qui selon moi est très raffiné et très travaillé ?

Nos pieds nus sur le pavement de pierre au bord d'une baie où fléchissent nos gestes, l'oeil poreux pénétré des premières humidités, les clartés aplaties... Nos ventres pris dans les mailles de la vallée, la chaude haleine de l'herbe, conque d'hiver dans...

Source Nos pieds nus sur le pavement de pierre au bord d'une baie où fléchissent nos gestes, l'oeil poreux pénétré des premières humidités, les clartés aplaties... Nos ventres pris dans les mailles de la vallée, la chaude haleine de l'herbe, conque d'hiver...

Sur la table, il y a des chairs d'orange qui font juter dans nos mains des lumières de fortune J'ai bien aimé ce poème car dès que je l'ai lu je me suis imaginé la scène dans ma tête , me voyant déjà des " lumières de fortune' entre mes mains .

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~ Tout au long de son recueil nous pouvons relever une abondance de mots appartenant au champ lexical des saisons, tels que : -"froid"(page 12) - "brumes"(page 12 et page 15) - "nuage"(page...

Première inspiration de froid la fraîcheur dispersée dans la poitrine, en un tranchant battement d'ailes rouges . Une rosée limoneuse sur les paupiéres, se rassemblent de ces meubles de temps, de ces sillages ensablés dans lesquels on jette en vain Brûlure...

Tes mains. Je rêve de ces couteaux plus hauts que l'été, et de leur répétition. Plus les couleurs que j'ai choisies étaient chaudes plus les mots qu'elles désignaient étaient des pensées ou images positives, tandis que les couleurs froides que j'ai utilisées...

<< < 1 2 3 4 5 > >>