Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie - j. game

Pages

Archives

La ligne bleue électrique horizontale, la station service de nuit dans le vent foncé marron de la forêt noire la rouge de la tache s ’ arrête au milieu, longe les lignes grises de ciment liséré blanc de l ’ autobahn, la peau de porcelaine les arcades...

On remarque que dans le recueil de Jérôme Game s'épanouit le champ lexical de la c o u l e u r . On trouve en effet du " jaune ", du " rose " en passant par le "rouge", du "bleu", du "vert" de " l'abricot ", et j'en passe... Pourtant, ce sont le " noir...

L'auteur utilise énormément d'antithèses dans ses poèmes. On peut ainsi relever "Forest est lourd, il est léger", "Gena regarde derrière ce qu'il y a devant elle" ou encore "le plat du cadre est creusé". Jérôme Game veut peut-être nous dire qu'à ses yeux,...

J'ai trouvé intéressante l'idée d'ajouter un CD de lecture au recueil, parce qu'il donnait ainsi l'occasion d'entendre les poèmes de l'auteur tels qu'il les voit. Pourtant, la monotonie dont est imprégné le ton du lecteur m'a un peu dérangée. Ce choix...

JEROME GAME. Né en 1971 à Paris. Il y habite après avoir vécu plusieurs années aux Etats-Unis et en Angleterre. Il a publié 9 livres de poésie et un DVD de vidéo-poèmes depuis 2000. Très nombreuses lectures publiques en France et à l’étranger. Son écriture...

Poème initial : Isabelle fait la queue elle est pressée. Elle pousse les hommes devant elle, les gros bras contre le mur capitonné cadré. Dedans, elle ne retire pas son foulard son manteau à même la cabine du peep show l'écran se lève, s'anime. Elle s'empare...

Je lisais un des poèmes du recueil de Jérome Game au CDI avec une BD des Bidochons sur le présentoire devant moi et je trouvais la phrase que je venait de lire très représentative des Bidochons : "Les fesses de sa femme sont gigantesques. Son ventre à...

"L'adolescent jaune à la peau rose Démarre. Le son se coupe soudain Les junkies le regardent tourner." Comme je trouve le recueil Flip-Book un peu glauque, j'ai réuni des morceaux de ses poèmes pour en faire un nouveau qui raconterait un accident de voiture...

"Isabelle (...) ne retire pas son foulard son manteau à même la cabine du peep show l'écran se lève, s'anime (...) son pardessus est fripé."

1 2 3 4 5 > >>