Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie - g. le gouic

Pages

Archives

J’aime ce recueil car, tout d’abord, aucun poème n’est hermétique et on peut ainsi donner un sens à chacun. Ensuite certains parlent de choses simples en nous invitant à savourer chaque instant au quotidien, même et surtout les plus insignifiants, ce...

Ne rien posséder que l’errance, Ses parcours obsolètes, Ses bagages allégés, Ne rien détenir que les adresses Approximatives des auberges du vent, Des motels de la pluie, Ne subir d’autre destin Que le halage des fleurs, Transmettre les atolls aléatoires...

L’un de mes préférés poèmes de ce recueil est « Dans les lieux suspendus », car il démontre une fois encore que tous les sujets peuvent être poétiques, même une arrière boutique oubliée au fin fond d’une cour. Je trouve également les figures de rhétorique...

D évoilez-moi le regret qui vous tourmente, je vous revelerai la douleur qui vous hante , Le regret n'est-il pas un intime remord qui brûle comme l'ârtre de la mer, qui lave comme le sel de l'amour et vous aide à inscrire l' entrave de votre vie Le regret...

Surveillons l'invisible, calculons l'imprevisible afin de croiser tout regard perdu qui nous avertira de la superposition des aiguilles inégales de notre vie et de notre mort. J'aime beaucoup ce poème pour le simple fait qu'il montre que tout est possible,...

Si ce recueil était un paysage , ce serait un arc en ciel Si ce recueil était une musique ce serait You could be happy Si ce recueil était un objet , ce serait un vieux meuble poussiéreux Si ce recueil était un film , ce serait O' Si ce recueil était...

L'enfant se sent capable de capter d'un bond au bon moment l'étoile de son choix, ou d'un tir abattre le feu qui le nargue. L'adulte manipule les cartes, s'égare dans les tables de chiffres. Il aimerait que ses équations gagnent de vitesse son rêve désormais...

Poème original : Je me dilue dans le bonheur d'hier, me multiplie dans l'ensorcellement des jours qui naîtront, des aubes qui se superposeront, des saisons sur les rives du fleuve lent immuable comme la sève. Toute minute m'est ivresse dans l'impatience...

On ai m e une ville, on la m audit Un rideau qui bouge Par notre pri m itive vision de l'a m our Est-ce le paysage alentour Par le souvenir de celle qui nous acco m pagnait Qui fré m it, qui fuit Ou le vent qui naît, Ou la certitude qu'elle s'y déplaçait...

<< < 1 2 3 4 5 > >>