Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

"Je t'écris. Je cherche ton sourire. Je t'écris cela depuis toujours. L'ignorance. La chaleur, bûle sur mes mains. Je ne parvient pas à croiser mes doigts. L'un souvent touche l'autre, c'est évident. Maintenant la pluie. Eh bien. Je t'écris, j'insiste....

J'ai remarqué que Claude Chambard utilisait beaucoup d'anaphores dans ses poèmes 1er poème : un coeur est gravé sur un arbre un coeur par défi gravé sur un peuplier (...) p 31 j'installe une chambre provisoire un désert pour survivant puis le désir simple...

Pluie. C'est une douceur chuchotée qui contient une langue acharnée de millénaires. Sombre bouche fendue par un secret sans âge. Qui sait où s'arrache le futur des sentiments ... Qui sait avec quelles imprévisibles images l'amour est lié au vivant......

Mon poème préféré du recueil est celui de la page 28. En effet, je trouve que ce poème est à la fois émouvant et joyeux. Attendre le retour d'un proche qui ne reviendra jamais. Je ressens lorsque je parcours ces lignes, la sensation d'un manque mais aussi...

si Grandpère avait été vivant j'aurais eu avec qui parler de la pluie et du beau temps mais seul dans la barque qui tangue, comme un métronome emporté par le courant loin de là où j'étais je n'ai su que recopier ces mots sucrés Lettera amorosa j'ai songé...

Tout au long du recueil j'ai relevé le champ lexical des sentiments. A la page 9 : ~ la solitude ~ l'amour A la page 13 : ~ l'espoir A la page 20 : ~ la jalousie A la page 35 : le Malheur A la page 26 : ~ la souffrance A la page 34 : ~ la douleur Page...

Le monde est bleu. . Je t'écris, une certaine pureté du coeur. . La nuit respire la nuit. . Sans savoir à quel avenir est promis notre histoire. Je t'écris, ici un vacarme, ivre de coeur, ivre de cette blessure au coeur

link un coeur est gravé sur un arbre un coeur par défi gravé sur un peuplier un coeur bruisse avec les feuilles au bord de la rivière la solitude est enfermée dans le coeur le coeur p.9

j 'installe une chambre éphémère un désert pour sur mort puis le caprice simple d'esprit encore j'installe un bureau éphémère - l ' éphémère depuis toujours - j'ouvre un cahier blanc, j'écris

Car je ne puis plus faire autrement. Avec cette cohorte de fantômes qui me force, me traque, qui me parle, me dit le songe & et le secret du songe. Immobile, je regarde la maison, très loin, à peine visible. Le jour, la nuit, je m'endors sur la pierre...

si Grandpère avait été là aujourd'hui j'aurais eu quelqu'un avec qui parler, à qui me confier mais je suis seul dans la vieille barque qui tangue emporté et dirigé par le courant des vents je n'ai su que recopier Lettera amorosa j'ai souvent songé à lui...

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>