Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie - a. birebent

Pages

Archives

le dragon à six têtes attend en terre d’Armedit la paix méritée : pour manger avec lui-même en tête-à-tête (sinon il se laissera mourir de faim) Ce n’est qu’un fragment de poème, un paragraphe, mais j’ai flashé dessus pour son humour complètement décalé...

On remarque que le recueil est parsemé de mots qui commencent par le préfixe « anti- », symbole de négation. On trouve notamment « anti monde » et « anti corps » (p.10), « anti correspondance » (p.37) ou encore « anti danse » (p.38). On remarque ainsi...

link La tempête s'abat par une, deux, trois fois sur la ville où l'on est encore ensemble parapluie noir aussi haut que le toit de la belle église tôles aux craquements dispersés partout sur la place tremblements sous l'averse, la pluie mais pourquoi...

" D épla C ée P as S en S P ar les ren D ez- V ous jetés S ans mai S on S ans aucune i D ée D 'a V enir C e S ont les D ès que V ont D é C i D er P our moi S i je V i V ais en V ille en cam P agne n'im P orte où S i C e S era une grande mai S on P rimitiVe...

Je proposerais comme nouveau titre à ce recueil d'Agnès Birebent: Vision noire Car dans ce recueil la poète évoque beaucoup la mort, le morbide,la tristesse,les pleurs ce qui expriment pour moi tout simplement des visions noirs car ce sont des sujets,...

Le champ lexical le plus abondant dans ce recueil est la mort. Il est présent tout le long de celui-ci; du début à la fin ceci démontre bien le côté « morbide » de ce recueil. Ceci laisse à se demander: pourquoi ce choix de champ lexical? « La vie s'est...

Jette les mots au hasard Éclats de verre au sol Cherche image souvenir quelque chose à saisir brise un monde au milieu du boulevard nuit noir froid mortel La nuit me recouvre comme un toit dans les débris du grenier. Évadé de sa coquille

<< < 1 2 3 4 5 > >>