Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

couper-coller

Pages

Archives

Au bord du bord du quai se trouvent respectivement la possibilité de signer ce foutu contrat, et l a possibilité de se retrouver projeté dans un vide graphique. Au bord du bord du gouffre, les lésions grésillent. La vie elle même est devenue fragment...

Je suis un inventeur à la lèvre d'orange qui a trouvé quelque chose comme la clef de l'amour les genoux croisés dans le clair déluge Yeux noirs et crin jaune traversent les arcs-en-ciel Oh ! la face cendrée de la fille à la lisière de la forêt. sourc...

Dans la nuit papa me porte dans la voiture. La route qui glisse pose un linge sur mes yeux sois sage dors. Maman rit. Papa me lance dans le ciel blanc la neige me saisit. Maman retourne le miroir : " regarde le château ! " Sur le chemin du retour je me...

Le sang coula, chez Barbe-Bleue, les larmes et des filets rouges ruissellent. Sont-ce des airs populaires ? - J'ai embrassé l'aube d'été. L'aube d'or, l'épouvante de sa concession et de la nôtre. Homme de constitution ordinaire avivant un agréable goût...

Sensation ; Soleil et chair ( Poésies 1870) P ar les soirs bleus d'été - ô Venus, ô Déesse J e ne parlerai pas, je ne penserai rien L 'eau du fleuve, le sang rose des arbres verts, P ar la nature, L 'amour infini me montera dans l'âme. E t cette soif...

L'ancienne comédie (page 198 Scènes) , dans le centre du Céleste (page 199 Soir historique) , sera donnée (page 199) , à la lumière diluvienne (page 200 Mouvement) , car ( page 200), parmi ( page 200) , ombre et aquarium ardent (page 201 Bottom) , l'oeuvre...

On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans. - Un beau soir, foin des bocks et de la limonade Des cafés tapageurs aux lustres éclatants ! - On va sous les tilleuls verts de la promenade - Moi je suis, débraillé comme un étudiant Sous les marroniers...

Dans la salle à manger, a ssez vu . La vision s'est rencontrée à tous les airs parfumés par une odeur de vernis et de fruits . Assez eu , à mon aise de ramasser un plat de je ne sais quel met Belge au Rumeurs des villes , le soir , et au soleil , et toujours...

Et les pantins choqués enlacent leurs bras gelés: Comme des orgues noirs, les poitrines à jour Que serraient autrefois les gentes damoiselles, Se heurtent longuement dans un hideux amour. Amoureuse de la campagne Semant partout, Comme une mousse de champagne...

Il ou elle est venu la nuit a dit tout bas des choses a fait peur dans ma tête Mais moi c’est les cris C’est comme une lumière gelée dans ma tête Alors je cogne ma tête fort contre le mur Je veux plus l’entendre Tais toi Je cogne Je veux plus je veux

C o m p l a i n t e s a m o u r e u s e s Le Coeur du pitre / Mes petites amoureuses Ô mes petites amoureuses, Mon coeur est plein de caporal ; Plaqué de fouffes* douloureuses Qui pousse un rire général

<< < 10 20 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 > >>