Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Pages

iodé nostalgie artistes Bonnard, Giacometti, Morandi, Manessier et Klee manque liberté source image mer (1) source image enfant (2) source image Bonnard (3) source image Giacometti (4) source image Morandi (5) source image Manessier (6) source image Klee...

Pour ce recueil, je propose le titre Bulles de raisons. J'ai choisi ce titre car Choses que nous savons est un titre où le mot "savons" à un double sens. Tout d'abord comme on peut le comprendre tout de suite, celui du savoir, de la raison. Et en lisant...

En tiennyt, että keveyden ja rentouden tunteet olivat yksi hasiksen omia vaikutuksia. Lentävän maton tarina on vanha todellisuus Persiassa ja Arabiassa, missä hamppu leijui ilmassa ja matkusti taivaalla jo vuosituhansia sitten. Henri Michaux Onneton ihme...

La négation déborde. Mais rien. Une danse radicale synonyme de terreur ne décrasserait rien. Elles ne se débarrassent pas facilement des traces de leurs crimes. Image

Nous survolons des villes (des) autoroutes en friche diagonales perdues et des droites au hasard des femmes sans visage à l'atterissage soyons désinvoltes n'ayons l'air de rien para la queja mexica este sueno de america celebremos la aluna de siempre,...

Les thèmes principaux du recueil sont le rêve, l'amour, la femme, la nature et la mort. Tous ces thèmes sont abordés de manière élégante et mystérieuse. On ressent vraiment les sentiments que l'auteur cherche à faire passer, par exemple de l'angoisse...

Accident d'amour On se possible et éventuellement. On s'acclimation, on s'apprivoisement. On se tête à tête. On se plaisir et plénitude. On se tête-à-queue. On se joie et débordements. On se fusion d'esprit, on s'en corps. On s'entente, on s'osmose. On...

Traduction espagnole du poème français de Lou Raoul extrait du recueil Traverses : "ou bien quand trop tard tardif quand déjà ils se disent qu'ils ne se disent pas adieu ils ne se disent pas qu'ils se disent adieu"

Partie dans la seule lumière Mais à juste distance d'un regard Ma commune existence Sans âme ni rêve Soudain Se pose comme un sceau Et là Sur la frêle branche des souvenirs La solitude Si belle Se glissera À moi Sans hâte ni retard Respirer le poème

<< < 10 20 30 40 50 60 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 90 100 200 300 400 500 600 700 800 900 > >>