Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par i-voix

Voyage en Italie - Jour 6 : Sienne

Sienne, Piazza del Czmpo

 

IMGP3808.jpg

 

Du 1er au 9 avril 2017,

les premières  L du lycée de l'Iroise à Brest

voyagent en Toscane chez les partenaires livournais

du projet eTwinning i-voix.

 

  VENDREDI 7 AVRIL 2017
-------


Sienne

Piazza del Campo
Palazzo Civilo
Duomo
...

 

 
 
hh
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d2/03_Palazzo_Pubblico_Torre_del_Mangia_Siena.jpg
hh
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d0/Cathedrale_de_Sienne_%28Duomo_di_Siena%29.jpg
Sienne
 
(Photos i-voix)
 
(



Voyage littéraire en Italie 6

E.M. FORSTER , Avec vue sur l'Arno (1908)

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/1/4/6/9782264043641.jpg

 

Lucy Honeychurch n'aurait jamais pu partir à la découverte de l'Italie comme toute jeune Anglaise de bonne famille sans la surveillance d'un chaperon zélé, sa cousine Charlotte. A leur arrivée à Florence, les deux voyageuses constatent avec dépit que la chambre qui leur a été réservée n'a pas de vue sur l'Arno. En violation avec toutes les convenances, deux inconnus, M. Emerson et son fils Georges, leur proposent de leur échanger la leur qui, elle, donne sur le fleuve. L'attitude cavalière de George envers Lucy et le peu de résistance qu'elle lui oppose poussent Charlotte à décider d'abréger leur séjour. Mais le hasard va à nouveau réunir les Emerson et les Honeychurch, en Angleterre cette fois... Un roman délicieux sur l'éveil des sentiments et le poids des conventions sociales par un des maîtres de la littérature anglaise.

 

Avec vue sur l’Arno décrit le passage à l’âge adulte de Lucy, qui "joue du piano mieux qu’elle ne vit", et qui trouve dans son voyage à l’étranger la force de se séparer des conventions sociales, de quitter les manières affectées et les formules creuses décalquées de son entourage pour devenir elle-même, uniquement elle-même. Pour Lucy, ce voyage va être le début de quelque chose de nouveau, d’une ouverture résumée par cette phrase : « Puis le charme pernicieux de l’Italie agit sur elle et, au lieu d’acquérir de l’érudition, elle se mit à être heureuse. »

 

http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2006/04/13/v_8_ill_761126_affiche-chambreavecvue.jpg

 
 

Commenter cet article