Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Lisa, Lucie et Margaux S.

 

 

POETE

 André Breton

 

Dates

 

 

1896-1966 

 

Repères
biographiques

Né dans une petite famille bourgeoise, élevé dans la banlieue parisienne, il reçoit une éducation rigide.

Il suit une scolarité "moderne" au collège Chaptal avant de faire une classe préparatoire de physique-chimie-biologie malgré le désir de ses parents de le voir ingénieur.

En 1915, il est réquisitionné dans l'artillerie, avant d'être affecté à l'hôpital de Nantes en tant qu'interne en médecine. En 1916 il s'intéresse à la psychanalyse de Freud et demande à travailler dans un hôpital psychiatrique : pour lui, la folie représente une "capacité à la création". 

Intéressé par le mouvement Dada dont il reçoit des échos d'Allemagne, il créée avec Aragon et Soupault la revue Littérature. Plus tard, il prend ses distances avec les dadaïstes et publie le Premier Manifeste du Surréalisme en 1924, puis le 2ème. Il s'écarte petit à petit de ses amis. Durant la 2nde guerre mondiale il est de nouveau mobilisé comme médecin. À l'Armistice il trouve refuge chez le médecin qui a accouché Jacqueline (sa compagne). À l’occasion d’une visite à Marseille du maréchal Pétin, André Breton, dénoncé comme « anarchiste dangereux », est préventivement emprisonné sur un navire pendant quatre jours.

Il voyage successivement à New York et Haïti, puis revient en France en 1946 où il poursuit sans inflexion les activités surréalistes. 

Il meurt à Paris d'une insuffisance respiratoire en 1966.

 

Repères
bibliographiques

 Poésie et récits : 

-Les champs magnétiques (avec Philippe Soupault), 1920

-Nadja, 1928

-L'amour fou, 1937

Essais : 

-Manifeste du Surréalisme, 1924

-Second manifeste du Surréalisme, 1930

-Trajectoire du rêve, 1938

-Anthologie de l'humour noir, 1940

Mouvement
littéraire

 

              Surréalisme

 

Caractéristiques du
mouvement
littéraire

  Dans le Premier Manifeste du Surréalisme, Breton définit ce mouvement comme « automatisme psychique pur, par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale ».

Les surréalistes s'intéressent à la psychanalyse, à la manifestation de l'inconscient, et pratiquent l'écriture automatique  qui, d'après eux, permet de "s'émanciper de l'étroitesse de la pensée régie par la raison."  Elle consiste à écrire le plus rapidement possible, sans contrôle de la raison, sans préoccupations esthétique ou morale, voire sans aucun souci de cohérence grammaticale ou de respect du vocabulaire.

 Mais, s'ils n'ont pas inventé le concept de l'écriture automatique, on leur doit le jeu du cadavre exquis. D'après le Dictionnaire abrégé du surréalisme, c'est un « jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu'aucune d'elles puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes.»

Le surréalisme se répand internationalement et touche d'autres domaines que la littérature, comme la peinture, la photographie, ou la cinématographie.

Thèmes privilégiés
dans l'oeuvre
du poète

     

 

 

 

  André Breton aime transformer le monde et

changer la vie dans ses poèmes.

 

 

 

 

 


 

Choix
d'un poème

 



 

La voyageuse qui traverse les Halles à la tombée de l'été
Marchait sur la pointe des pieds
Le désespoir roulait au ciel ses grands arums si beaux
Et dans le sac à main il y avait mon rêve ce flacon de sels
Que seule a respiré la marraine de Dieu
Les torpeurs se déployaient comme la buée
Au Chien qui fume
Ou venaient d'entrer le pour et le contre
La jeune femme ne pouvait être vue d'eux que mal et de biais
Avais-je affaire à l'ambassadrice du salpêtre
Ou de la courbe blanche sur fond noir que nous appelons pensée
Les lampions prenaient feu lentement dans les marronniers
La dame sans ombre s'agenouilla sur le Pont-au-Change
Rue Git-le-Coeur les timbres n'étaient plus les mêmes
Les promesses de nuits étaient enfin tenues
Les pigeons voyageurs les baisers de secours
Se joignaient aux seins de la belle inconnue
Dardés sous le crêpe des significations parfaites
Une ferme prospérait en plein Paris
Et ses fenêtres donnaient sur la voie lactée
Mais personne ne l'habitait encore à cause des survenants
Des survenants qu'on sait plus dévoués que les revenants
Les uns comme cette femme ont l'air de nager
Et dans l'amour il entre un peu de leur substance
Elle les intériorise
Je ne suis le jouet d'aucune puissance sensorielle
Et pourtant le grillon qui chantait dans les cheveux de cendres
Un soir près de la statue d'Etienne Marcel
M'a jeté un coup d'oeil d'intelligence
André Breton a-t-il dit passe

 

André Breton
  


Justification
du choix

 

 

 

 

  Ce poème est mystérieux et difficile à comprendre. De plus, le choix de glisser son nom dans le texte est original et rare.

 

 

 

                                                                     


Sources: 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article