Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Nolwenn D.

 

 

 

220px-Theodore_de_Banville.JPG

 

 

Dans cette voix poétique je vais vous présenter ici un des précurseurs du mouvement de la Parnasse, un mouvement apparu en France vers la moitié du XIX siècle qui avait pour but de valoriser l'art poétique par la retenue, l'impersonnalité et le rejet de l'engagement social et politique. Le précurseur est Théodore de Banville, connu pour les Odes Funambulesques et les Exilés


Théodore de Banville est né en 1823 à Alliers et est caractérisé comme un poète dramaturge et un critique dramatique. Il a été encouragé par Victor Hugo et Théophile Gautier, il commença la poésie. Il fréquenta des milieux littéraires anticonformistes, était l'adversaire de la poésie officielle et commerciale et l'ennemi de la poèsie réaliste et du romantisme. Arthur Rimbaud, l'un des plus grands poètes français de tout les temps fut un de ses admirateurs: il lui envoya une lettre avec une liste de poèmes écrits par lui-même (Sensation, Soleil et chair etc) en espérant avoir une réponse de Théodore.


Dans son oeuvre, ce "poète du bonheur" travailla sur les questions de forme poétiques et joua avec toutes les richesses de la poésie française. Pourtant, il lui fut reproché de manquer de sensibilité et d'imagination, mais son influence salutaire permit à de nombreux poètes de se dégager de la sensible mièvre qui survivait au romantisme.


Il mourrut en en 1891 à Paris.

 

Présentation d'un des poèmes de Théodore de Banville 

 

A ma mère


Lorsque, ma soeur et moi, dans les forêts profondes 

Nous avions déchiré nos pieds sur les cailloux,

Et nous baisant au front, tu nous appelais fous

Après avoir maudits nos courses vagabondes.

 

Puis, comme un vent d'été confond les fraîches ondes

De deux petits ruisseaux sur un lit calme et doux

Lorsque tu nous tenais tout deux sur les genoux,

Tu mêlais en riant nos chevelures blondes.

 

Et pendant bien longtemps nous restions là, blottis

Heureux, et tu disais parfois : " Oh chers petits, 

Un jour vous serez grands et un jour je serai vieille !"

 

Les jours sont enfouis dans un vol mystérieux, 

Mais toujours la jeunesse éclatante et vermeille

Fleurit dans ton sourire et brille dans tes yeux. 

 

Théodore de Banville.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z

Je ne connaissais pas du tout Théodore de Banville, mais cette petite biographie et ce très joli poème donne vraiment envie de découvrir d'autres oeuvres de ce poète !
Répondre