Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Clément

Après c'est la poussière. Je la mange mais elle mange mes yeux et ils me gênent plus pour regarder. Une fois j'ai moins mal et c'est mes pieds qui dansent par terre et ça rit dans ma bouche. Le vent et la poussière ils ont mangé ma bouche très fort mais ça fait presque rien.  Michel Thion

 

A ce poème j'associe ce tableau de Nim 

 

Du point de vue visuel, l'effet de poussière est bien présent sur la peinture.

Et qui de mieux que Don Quichotte et son fidèle Sancho Paza pour illuster la lutte inutile et impossible ressentie dans ce poème !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article