Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Léa

Les poèmes de Patricia Cottron-Daubigné dans son recueil Croquis-Démolition sont des poèmes en prose. Durant la lecture, j'avais une impression de spontanéité comme si à l'instant où je lisais, l'auteur venait décrire les mots lus et qu'elle continuait à écrire encore. A certains moments, j'avais la sensation que je lisais son journal, un journal de bord en quelque sorte, et que je découvrais à la fois son histoire et celles des ouvriers de l'usine dont elle parle. Cette idée est renforcée par le fait que les usines mais surtout les délocalisations et le licenciements sont des sujets très récents et très actuels.La prose accentue ce côté novateur, mais en plus elle semble beaucoup plus accessible que les vers pour aborder un thème aussi touchant et fort. En effet, dès les premiers mots, je suis devenue spectatrice et j'ai suivi le récit de l'auteur alors que ce monde m'était complètement étranger. A première vue, on pourrait penser que des poèmes sur une usine, sur les machines ou les ouvriers soient lourds ou compliqués cependant la plume Patrica Cottron-Daubigné  est légère, douce et à la fois amère et grave. On passe de la lumière, de la douceur, de l'enfance, des souvenirs tranquilles, au flammes, au danger, à la tristesse, les ténèbres qui ne mènent  toujours à la mort. Deux mondes opposés qu'elle lie, qu'elle sépare, qu'elle narre au fil des pages en y mêlant ses sentiments personels et ceux des protagonistes de ses poèmes. Cette succession de magnifiques poèmes forment une histoire troublante et vraie qu'on suit de son début à sa fin. Et le receuil se termine par un poème en vers libres accompagnés par quelques rimes. Ce dernier poème isolé du reste semble annoncer la fin mais également un nouveau départ, un nouveau début.

 

La vie. La mort. Et la Renaissance. Puis l'espoir.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jeanne 04/01/2013 13:31


Très bel article ;)