Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Juliette H.

 

Une phrase m'a sauté aux yeux lors de la représentation de Alexis. Une tragédie grecque :


«Les vivants ont peur que les morts parlent»


Cette phrase m'a semblé très importante, elle représente beaucoup d'aspects de la pièce : le gouvernement a peur de ce que pourrait dire Alexis  Grigoropoulos s'il pouvait parler. En réaction à sa mort, la population manifeste, se révolte, s'indigne pour découvrir la vérité, et rendre hommage à l'adolescent, devenu martyr.


Les vivants, les autorités, cherchent à faire taire la population, devenue elle-même principale défense d'Alexis, en réprimant les manifestations.


Les morts, c'est Alexis, et par extension ses défenseurs.

 

 

Antigone aujourd'hui, c'est chaque personne qui le décide.


Tous ensemble, nous formons une foule.


La foule devient Antigone.


 

crc3a3c2a9dit-photo-valentina-bianchi1.jpg 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

MLB 09/02/2013 18:02


Oui !