Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Nolwenn D.

      Ce jeudi 3 octobre, nous nous sommes rendus au Quartz pour assiter à une pièce de théâtre et pas des moindres : Pantagruel de Rabelais, auteur du XVIe siècle, connu mais très critiqué pour son style sans limites. Il est intéressant de noter que Rabelais, malgré un profond dévouement pour le Clergé, était un homme de culture, toujours à la recherche de sciences et, c'est pourquoi il a marqué son époque en intégrant le mouvement de l'Humanisme. Le metteur en scène n'est autre que Benjamin Lazar. A quoi nous attendions-nous? A un cliché tel qu'une pièce Gargantuesque? Point du tout. La mise en scène est très particulière: Il n'y a qu'un acteur jouant toutes les scènes et tous les rôles, suivi en musique par deux musiciens avec des instruments de l'époque.

Couverture du texte original Pantagruel : Sources:

 

   Quelques minutes sont passées, Pantagruel a bien voyagé autour de la France et le voilà arrivé à Paris (Rouen?) pour ses études.

L'acteur se dirige vers son décor qui est une caisse, et en sort une petite boîte de gâteaux qui ressemblent à une bibliothèque; ce qui renvoie au fait que Pantagruel est un géant, et cela rajoute une petite touche d'humour.

Au départ, Pantagruel cite un titre de livre, le regarde, l'examine et puis le mange, avec sans froid. Ensuite, il en prend un second, recite le titre et le mange en assinuant qu'il est bon. S'en suit un troisième, recommence comme avec les deux précédents et émet une plus forte réaction. S'en suit un tas d'autres livres, formant une gradation des impressions de Pantagruel à chaque dégustation d'un livre. Les réactions sont propres à Rabelais : critiques, sans tabou et parfois vulgaires. Cette scène est très comique, voire la plus comique vu comment la salle riait aux éclats. Il enchaîne, se moque royalement de l'Eglise, des Falafelles... Nous ne pouvons nous empêcher de rire.

Cette manière de critiquer la littérature, quelle qu'elle soit, est l'interprétation de Rabelais, sa pensée vis à vis des livres de son époque. C'est un résumé comique et grotesque.

Avec une simple petite boîte de gâteaux, la langue de Rabelais et l'énergie que dégage l'acteur, l'effet est immédiat: du plaisir! Et c'est bien l'intention de Rabelais, comme il le dit si bien:

"Rire est le propre de l'Homme."

 

Source

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article