Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Jeanne


 


Voici le modèle original de la lettre XIII, écrite de la plume de la Marquise de Merteuil à Cécile Volanges...


 


 


La Marquise de Merteuil


 


 


Lettre XIII


 


LA MARQUISE DE MERTEUIL À CÉCILE VOLANGES


 


   Je suis très fâchée, ma belle, et d'être privée du plaisir de vous voir, et de la cause de cette privation. J'espère que cette occasion se retrouvera. Je m'acquitterai de votre commission auprès du Chevalier Danceny, qui sera sûrement très fâché de savoir votre Maman malade. Si elle veut me recevoir demain, j'irai lui tenir compagnie. Nous attaquerons, elle et moi, le Chevalier de Belleroche au piquet ; et, en lui gagnant son argent, nous aurons, pour surcroît de plaisir, celui de vous entendre chanter avec votre aimable Maître, à qui je le proposerai. Si cela vous convient à votre Maman et à vous, je réponds de moi et de mes deux Chevaliers. Adieu, ma belle ; mes compliments à ma chère Mme de Volanges.
Je vous embrasse bien tendrement.


 


De... ce 13 août 17**.


 


 


  ... et voici la transposition de cette lettre, réalisée à la manière de Cécile Volanges !


 


 


Lettre XIII


 


LA MARQUISE DE MERTEUIL À CÉCILE VOLANGES


 


   Je suis bien affligée, ma chère Cécile, de ne pouvoir vous voir ainsi que des malheurs de cette privation. J'espère tant que cette occasion se retrouvera ! Je ferai tout mon possible pour bien m'acquitter de votre message au bon Chevalier Danceny, qui souffrira beaucoup de la peine de savoir votre Maman bien mal en point. Si par bonheur, elle viendrait à me vouloir à ses côtés, ce serait avec un bien grand plaisir que j'irai lui tenir compagnie. Nous jouerons toutes deux au piquet contre le Chevalier de Belleroche. Ce n'est pas que je n'aime pas perdre ; mais si nous avons le jeu heureux, nous pourrons bien gagner une petite somme d'argent avec pour plus grand plaisir encore que celui de vous entendre chanter avec votre aimable Maître, à qui je me ferai une joie de lui proposer. J'espère que cela vous convient bien, à votre Maman et à vous, je réponds de mes deux Chevaliers et de moi. Adieu, ma chère Cécile ; je vous embrasse, ainsi que votre Maman.


 


De... ce 13 août 17**.


 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article