Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Francesca B.

Nous vivons dans un monde injuste où personne n'exprime sa pensée veritable mais les gents pensent seulement à l'apparence, par consequence nous sommes prisonniers des préjugés.

Pour cette raison il y a un genre de personnes, comme le prieur ( le frère de Mademoiselle de Kerkabon) qui prechent la bonne parole, qui se donnent souvent la bonne figure mais qui en fait ne sont pas du tout ce qu'ils montrent. 

L'hipocrisie sociale comprend meme les différences entre hommes et femmes et c'est trés grave parce-que nous devons etre considerées  également, mais c'est ne pas possible parce-que il y a trop de préjugés.

Nous pouvons voir ca aussi dans l'extrait de l'Ingénu où Mademoiselle de Kerkabon ne peut pas faire comme son frère qui peut coucher avec tous les femmes.

En effet nous ne pouvons pas penser sans préjugér parce-que nous sommes très influencés par notre monde étrange, lache et méchant qui se moque de nous et de notre existance. Á l'epoque de Voltaire on a commencé à denouncer l'hypocrisie, le racisme, l'intolérance et les rapports avec les gents qui sont considerés inferieurs; tout de meme aujourd'hui, encore, nous tachons de les combattre.

Les préjugés amenent à la solitude absolute et l'homme se trouve seul; c'est ca qui porte à la perte de communication et à la perte  de identité. Dans l'extrait de Tournier c'est très important le rapport avec la realité en effet meme si l'homme, c'est le rapport avec les autres, il va perdre le language, en consequence le rapport avec les choses, comme "Tarzan" qui a compris d'etre seul et il à renouncé a les comprendre ( les arguments qu'il voit existent, les autres pas). L'homme à besoin de socialité mais dans la douleur et les idées des préjugés il est toujours seul; pour cette raison je pense que dans la lutte contre le préjugés, l'expérience, l'education et l'instrution sont la solution la meilleure. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article