Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Samuel

 

Acte III. Scène 10

 

 

Monsieur Orgon seul, et ensuite Mario


 

Monsieur Orgon. Ah que d'aventures pour si peu de choses! Cela me rappelle ma jeunesse.. Au final tout le monde y aura trouvé son bonheur et c'est tant mieux. Quelle leçon ! Cela m'aura fait comprendre que l'amour, quand il est pur et sincère, ne tiens aucunement compte des classes sociales contrairement à ce que je pensais.


Mario. Ah, vous êtes là mon cher père, tout le monde vous cherche, nous n'attendons plus que vous pour aller saluer Dorante et son valet.


Monsieur Orgon. Ils partent donc déjà? Quel dommage, leur présence ne me déplaisait point. Quand reviennent-ils?


Mario. D'après les dires de Dorante, le plus vite possible.


Monsieur Orgon. Et bien voilà une nouvelle qui rejouira tout le monde. Je suis heureux pour ta soeur, cela me rappelle moi et ta chère défunte mère, paix à son âme, quelques années auparavant.


Mario. Oui je comprends, cela me rejouit le coeur aussi mais je ne puis m'empecher de ressentir quelque jalousie en voyant ces quatre jeunes gens si heureux d'avoir trouvé le bonheur alors qu'ils ne le recherchaient pas. J'aimerais moi aussi être victime de l'amour car la solitude commence à m'ennuyer.


Monsieur Orgon. Allons Mario ne te fais donc pas de soucis, l'amour est souvent joueur et il prend plaisir à se dissimuler sous diverses formes pour apparaître là où l'on ne l'attend pas au moment le plus improbable. J'entends tes inquiétudes et je m'en réjouis, car il est beau de vouloir trouver l'âme soeur, mais sois patient car elle viendra un jour frapper à ta porte quand tu ne t'y attendras pas et ce jour ci sera le plus beau de ta vie mon fils. L'histoire d'amour à laquelle nous venons d'assister vient de nous le prouver et nous a appris une chose essentielle. L'amour est certes un jeu, mais ce n'est pas totalement un jeu de hasard.

 

Source image


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article