Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Cécile

 

 

SILVIA. Je frissonne encore de ce que je lui ai entendu dire ; avec quelle impudence les domestiques ne nous traitent-ils pas dans leur esprit ? Comme ces gens-là vous dégradent !

 

Cecile_Le_Mee_-_Marivaux.jpg

hhh

 

Cliquer ci-dessous

pour écouter l'enregistrement sonore

du texte de Marivaux :

 

GIF-haut-parleurs8.gif

 

 

Note d'intention :

   

Dans la scène précédente, Silvia est malmenée par Arlequin, pour ensuite subir les insinuations de Lisette, qui sous entend son amour pour Dorante. Ce n'est que quand elle se retrouve seule dans la scène 8 qu'elle se rend compte de son amour pour lui. Cette scène est représentative du combat de Silvia contre elle-même, d'où ses protestations, et la présence d'une question rhétorique « Avec quelle impudence les domestiques ne nous traitent-ils pas dans leur esprit? »

 

Ce monologue représente donc le combat de Silvia contre elle-même car celle-ci essaie de se persuader qu'elle n'a pas de sentiment pour le faux Bourguignon, car elle pense que celui-ci est un domestique, et ses sentiments pour ce domestique lui font honte. Ce n'est qu'après que Lisette lui a fait réaliser cet amour que Silvia fait face à la vérité : elle aime un valet. Elle se retrouve donc seule pour exprimer son trouble et son humiliation sous son masque de domestique. Trouble qui ce manifeste par plusieurs sortes d’émotions : « j’en frissonne encore » ; « je ne saurais m’en remettre » ; « je m’emporte ».

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Florence 06/05/2012 11:53


T'as géré Cécile ! ;)

Margaux 06/05/2012 11:19


Très beau , la photo est gérée aussi ;)