Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Fanny - Florine - Léa

9782047303719FS

 

" Tu veux tuer le duc, toi ? Allons donc ! Tu as un coup de vin dans la tête. "

 

http://ddata.over-blog.com/1/38/87/45/Representer-Lorenzaccio/Thammavongsa.Salauen.Paulius_-_Image_-_Acte_IV_Scene_7.JPG

hhh

Cliquer ci-dessous

pour écouter l'enregistrement sonore

du texte de Musset

 

GIF-haut-parleurs8.gif

 

Note d'intention :

 

 

DOCUMENT AUDIO

 

 

Dans le document audio, nous avons essayé de mettre en valeur le caractère ambigude Lorenzo. Il adopte un ton amusé, enthousiaste même lorsqu'il énonce une vérité très pessimiste : « cependant tout ressemble ici à du temps perdu. ». Cette entreprise est pour lui un jeu dont il connaît déjà l'issue. Il parle fort mais pas trop pour ne pas être entendu de tout le monde.

Alamanno et Pazzi, quand Lorenzo les appelle, répondent d'un air interrogateur et légèrement craintif, ce sont donc des lâches. Bien qu'Alamanno soit plus confiant car il reçoit chez lui à ce moment et n'est donc pas seul. Pazzi parle ensuite de façon méprisante, il pense avoir à faire à un homme saoul. Dans le comportement d'Alamanno, on retrouve une fois encore la légèreté du peuple ainsi que leur désinvolture vis à vis de la situation dans laquelle il se trouve.

Pour finir, nous avons insisté sur plusieurs mots, phrases, ou expressions pour montrer leur importance dans le texte, tels que « si vous aimez la liberté », « demain » ou bien encore « toi ».

 

 

PHOTO

 

 

Nous avons choisi une photo effet « miroir » : Lorenzo est dédoublé, ce qui renforce l'idée de sa double identité. On a aussi un contraste lumineux avec une partie plus claire et une autre plus sombre, qui va aussi dans le sens de la double identité en donnant l'impression d'un côté « vertu » et un côté « vice ».

Pour le décor, nous avons choisi les escaliers en ogives du port de commerce qui évoquent l'architecture toscane.

Compte tenu du caractère intemporel de la pièce, nous avons gardé des vêtements contemporains. Cependant nous avons tout de même choisi les couleurs adaptées à Lorenzo : il est en noir pour connoter le deuil de sa vertu avec un peu de rouge pour connoter le vice, la débauche.

Nous avons donné des accessoires particuliers à Alamanno, Pazzi et Lorenzo. Ainsi, Alamanno devient l'allégorie du peuple avec la chope de bière fictive dans sa main qui symbolise la légèreté et l'indifférence du peuple qui devrait normalement préparer leur coup d'état. La fourrure que portent Alamanno et Pazzi représente leur richesse. Et la fleur que porte Lorenzo caractérise le héros romantique qu'il est.

En ce qui concerne la mise en scène, nous avons voulu montrer une certaine hiérarchie dans l'image. Ainsi, Pazzi et Alamanno se retrouvent en haut de l'escalier et Lorenzo en bas, il est en quelque sorte « victime » du peuple. De plus cette disposition évoque une rupture : une rupture haut/bas, peuple/Lorenzo, et vertu/vice.

Enfin, la gestuelle a aussi été soigneusement étudiée. Alamanno prend un air de « bon vivant , un verre symbolique à la main, le tout exprimant une fois de plus sa légèreté face à la situation. Il est donc encore l'allégorie du peuple. Pazzi a lui un air méprisant, blasé ; il représente le pessimisme de Lorenzo. Quant à ce dernier, il est tourné vers le haut de l'escalier. Cela amène l'idée du héros, courageux et brave devant son destin. Cependant, il se trouve en-dessous, en position de faiblesse face aux deux hommes ; on sait donc d'avance qu'il ne sera pas écouté, il sera toujours voué à l'échec et soumis à la fatalité, en bon héros romantique qu'il est. Tout en haut se trouvent Alamanno et Pazzi, une position qui leur confère richesse et pouvoir. Néanmoins il sont tournés vers le bas, vers l'enfer, vers le vice.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article