Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Margaux - Mélanie

9782047303719FS

 

" Ô jour de sang, jour de mes noces ! Ô soleil ! soleil ! il y a assez longtemps que tu es sec comme le plomb ; tu te meurs de soif, soleil ! son sang t'enivrera. Ô ma vengeance ! qu'il y a longtemps que tes ongles poussent ! Ô dents d'Ugolin ! il vous faut le crâne, le crâne ! "

 

http://ddata.over-blog.com/1/38/87/45/Representer-Lorenzaccio/MORVAN_et_THEPAUT_-_Image_-_Acte_III_Scene_1.JPG

hhh

Cliquer ci-dessous

pour écouter l'enregistrement sonore

du texte de Musset

 

GIF-haut-parleurs8.gif

 

Note d'intention :

 

 

 

Nous avons tenté de représenter la scène 1 de l'acte III, jugée importante à nos yeux. En effet, cette scène met en scène Lorenzo faisant des armes avec le spadassin Scoronconcolo, pour habituer les voisins au bruit. Elle se passe dans la chambre à coucher de Lorenzo car c'est à cet endroit qu'il prévoit de tuer le duc Alexandre De Médicis.

 

Dans notre représentation, nous avons voulu exprimer la rage de Lorenzo, très présente dans ce passage. De plus, il est très rusé dans cette scène car il habitue les voisins aux bruits d'armes et de cris. De ce passage, on fait une lecture colérique car Lorenzo arrive à nous transmettre sa haine. Dans la réplique de Lorenzo (ligne 9 à 14) il fait passer une telle colère que l'on a l'impression qu'il parle au duc et ainsi qu'il aura la même attitude envers Alexandre le jour du meurtre.

 

C'est une scène originale car on peut y faire une mise en scène intéressante du fait des nombreux gestes et du faux duel entre Lorenzo et Scoronconcolo. Mais elle est aussi remarquable à cause de sa résonance avec la scène 11 de l'acte IV où l'on retrouve un même lieu (la chambre de Lorenzo) ainsi que Lorenzo face au duc et non de Scoronconcolo. On y ressent la même cruauté et c'est pour cela qu'elle est qualifiée d'importante.

 

Tout d'abord, lors de la représentation orale, nous avons tenté d'exprimer la haine de Lorenzo envers le duc. C'est pour cela que nous avons représenté Lorenzo avec une voix colérique, dynamique et très audible tout en essayant d'apaiser celle ci pour ne pas imiter la scène 11. Tandis que pour Scoronconcolo, on lui a attribué une voix assez forte au début c'est-à-dire de la ligne 1 à 14, pour que les voisins l'entendent. En revanche, à partir de la ligne 16, sa voix s'est calmée. Dans la première partie de la représentation orale, on retrouve des bruits d'épées dans le fond pour simuler un duel entre les deux personnages.

 

Pour la construction de l'image, nous nous sommes vêtues de noir comme dans la mise en scène de Georges Lavaudant. Nous avons fabriqué des épées et avons installé un fond en bois pour montrer l'ancienneté de la chambre de Lorenzo.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article