Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Publié par Uriell

Dans le poème page 17 j'ai trouvé le champ lexical du corps et de la nature :

 

 

Nos pieds nus sur le pavement de pierre

au bord d'une baie où fléchissent nos gestes,

l'oeil poreux pénétré des premières humidités,

les clartés aplaties...

 

 

Nos ventres pris dans les mailles de la vallée,

la chaude haleine de l'herbe,

conque d'hiver dans l'été...

 

 

Ainsi s'émiette notre présent,

nos corps libérés des pesants lacis d'ombre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article