Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Antoine

Dans beaucoup des poemes de ce livre reviennent les champs lexicaux de la tristesse de la vie, de l'impuissance face a la mort ainsi que celui de la fatalite du temps qui passe. 

Exemples : "a force on finit souvent par ne plus savoir et se laisser ensabler " , " deja fatigues ", " une fenetre sur un mur ", " un temps sans prise glisse dans la montre ", " l'eau monte, il est grand temps ", " on s'avance, on s'enfonce ", " ne plus bouger, laisser tourner jusqu'a s'epuiser ", " simple peur d'etre, avec peu de marge devant ", " on cherche un peu d'air ", "autant en rester la", "le temps finit par faire mal ", "rien devant, sans envie, use ", " semaine bout a bout vie , rien du temps de travail ensuite on ne voit plus, meme sans voir le temps ", " on sent la vie sous un ciel plus vaste on maintient ca ... sous un ciel noir ", " la vie a plus tard ", " pouvoir finir tranquille " ...

L'auteur porte une vision grave et assez pessimiste sur la vie en general. Vous l'aurez devine le registre dominant dans ce livre est le registre pathetique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article