Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par Delphine

Réécriture oulipienne - Baudelaire : Harmonie du soir

            Harmonie du soir

 

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir *1 ;

Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir ;

Valse mélancolique et langoureux vertige !

 

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir ; 

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige ;

Valse mélancolique et langoureux vertige !

Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir *.

 

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir !

Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir ;

Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

 

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,

Du passé lumineux recueille tout vestige !

Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige. . .

Ton souvenir en moi lui comme un ostensoir *3 !

 

 

 

CHARLES BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal,

                                    "Spleen et idéal", XLVII.

 

 

1. Encensoir : récipient suspendu à des chaînettes, utilisé pour brûler et diffuser de l'encens.

2. Reposoir : lieu où l'on peut se reposer. Autel dressé lors de Fête-Dieu lors de saint sacrement.

3. Ostensoir : coupelle d'orfèvrerie contenant l'hostie présentée à l'adoration des fidèles.

 

 

 

 

harmonie du soir

http://moulinsaparoles.files.wordpress.com/2009/12/b4.jpg

 

 

 

                      Harpon du soldat

 

 

Voici verser les tendons ou vichystes sur sa tirelire

Charmante flexure examine ainsi qu'un enclouage ;

Les sophistes et les parlementaires transcrivent dans l'ajustement du soldat ;

Vanelle melchite et lapon vespidé !

 

Charmante flexure ainsi qu'un enclouage ;

Le viroïde fuit comme un cognac qu'on affranchit ;

Vanelle melchite et lapon vespidé !

Le cinabre est trompeur et bégu comme un grandissime repris.

 

Le voroïde fuit comme un cognac qu'on affranchit,

Un cognac tentaculaire qui hante les nectar vectoriel nominal !

Le cinabre est trompeur et bégu comme un grandissime repris ;

Le soluté s'est numérisé dans son santon qui se filigrane.

 

Un cognac tentaculaire qui hante le nectar vectoriel nominal, 

Du passionnel lupique recycle tout vespidé !

Le soluté s'est numérisé dans son santon qui se filigrane. . . 

Ton spalter en moi lyophilise comme un otocyon. 

 

 

 

GL DELPHINE, Les Fleurs pas mal,

"Outburst et idéalisation", XCXXLLLLL.

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------

Réécriture oulipienne

 

° adj : S+7

° nom : S+14

° verbe :  -i

                    -t... : S+13

° adv : S+4

 

 

Le petit Larousse 2010

 






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

MLB 10/05/2010 15:38



Pas mal !!!!!